S'identifier Contact Avis
 
23° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Diaspora

Au cours de ces trois derniers mois, l’administration Trump a adopté un train de mesures visant à rendre l’obtention de l’asile politique plus difficile aux États-Unis. C’était à prévoir puisque Trump et son Attorney général (ministre de la Justice) Jeff Sessions, sont connus pour leurs positions anti-immigration. Pour mieux saisir l’impact des décisions de l’administration Trump sur le système d’asile, le lecteur doit au moins développer une compréhension sommaire de ce système...

En mai 68, j’habitais au 34, rue Gay-Lussac, à Paris, avec mon frère Serge et mon complice Bobby Labrousse. Un immeuble typiquement parisien, avec une minuterie faiblarde qui nous donnait à peine le temps de monter et, à l’entrée, une vieille concierge qui observait tous les mouvements, en tenant un gros chat dans ses bras. Au-dessous de mon appartement, une dame pleine de gaieté : madame Paul Fort, jeune fille de 85 ans...

La ministre dominicaine de la Santé publique, Altagracia Guzmán Marcelino, a annoncé que le gouvernement dominicain était disposé à équiper des hôpitaux que se propose de construire l’union européenne sur la frontière, en territoire haïtien...

Selon un article paru dans le journal dominicain Listin Diario, le directeur général des douanes du pays voisin, Enrique Ramírez Paniagua, aurait, au cours d’une rencontre jeudi dernier au centre de Convention de la BRH à Port-au-Prince, sollicité de ses interlocuteurs haïtiens la levée des mesures d’interdiction d’entrée par voie terrestre dont sont frappés 23 produits dominicains depuis deux ans...

L’on s’accorde à reconnaitre que l’une des causes majeures de la crise haïtienne perpétuelle est notre incapacité jusqu’ici à créer une élite politique. Les Haïtiens de la diaspora tendent à se croire supérieurs à ceux de l’intérieur, et ne ratent jamais une occasion de dire que la solution d’Haïti viendra de l’extérieur. Bien qu’il y ait une certaine vérité dans cette assertion, force est de reconnaitre que les politiques Haïtiano-Américains, du moins ceux de Floride, sont aussi décevants que leurs homologues évoluant en Haïti. Une simple analyse de la classe politique floridienne suffira pour corroborer cette affirmation...

Du 7 au 27 mai 2018, le monde culturel et artistique haïtien accueillera Port-au-Prince art performance (PaPap), un projet qui a pour ambition de questionner la création contemporaine avec des artistes haïtiens et étrangers. Les organisateurs ont rencontré la presse, le jeudi 29 mars 2018, à l’Institut français en Haïti (IFH) pour définir les grandes lignes de cet évènement culturel et artistique dédié à Vivianne Gauthier, grande figure et icône de la danse en Haïti. Kettly Noël, danseuse, chorégraphe et actrice née en Haïti installée à Bamako, directrice du Festival Dense Bamako Danse et du centre culturel Donko Seko, un espace de formation, de création chorégraphique et de développement de la danse contemporaine, porte, elle aussi, ce projet...

Le 2 avril 2018 Monseigneur LOUIS KÉBREAU, président du Comité de Pilotage, États généraux sectoriels de la Nation Monseigneur, Monsieur le Président, Par la présente la KODDDA – qui se donne pour mission la défense des droits des Haïtiens vivant à l’étranger – vous présente ses compliments et vous prie de recevoir ses commentaires concernant l’initiative d’organiser les «États généraux sectoriels de la Nation”. Dans un esprit participatif, la KODDDA souhaiterait vous soumettre par la présente ses observations et partager avec les membres de votre Comité ses inquiétudes sur certains points de l’entreprise qui concerne et engage le devenir du pays: Nous notons en premier lieu l’absence de représentants légitimes et actifs de certains secteurs importants de la communauté haïtienne tels qu’un représentant de la diaspora internationale de même qu’un représentant de la presse parlée et écrite locale pour organiser la tenue des ateliers. Et ce, en dehors, bien entendu, des personnalités déjà nommées et qui, sans doute, n´agiront qu’en tant que coordinateurs et agents de communication face au public...

J’ai décidé de soumettre à l’appréciation du public cet article que j’ai écrit au lendemain de la disparition du militant et homme politique, feu Dr Turneb Delpé, à un moment où le pouvoir en place pensait encore aux « états généraux sectoriels de la nation » et le mot gouvernance était d’usage courant dans notre milieu. La décision de rendre l’article public est motivée par l’arrêtée présidentielle nommant les membres du comité de pilotage des États généraux sectoriels qui semblent être chers à notre Président. J’offre, donc, cet essai à la nation comme une plaidoirie pour prioriser l’inclusion au détriment de l’exclusion parce que la route pour sortir de notre état de nation faillie et aller vers une société où la bonne gouvernance est la seule norme, cette route-là passe par la mutation de notre mentalité exclusive pour nous divorcer des institutions extractives d’hier et d’aujourd’hui...

Dans des circonstances extrêmement difficiles, la sélection féminine de football U-20 s’est qualifiée pour la Coupe du Monde qui aura lieu en France du 5 au 24 août 2018. C’est un immense effort qui mérite le soutien appuyé de tous les Haïtiens. Dans cet esprit, deux professionnels haïtiens évoluant à New York ont lancé une initiative visant à s’assurer que ces jeunes dames représentent le pays dans la dignité. Il s’agit du Dr Marcel Benoit et de Kerta Georges, elle aussi une professionnelle de la santé, tous deux résidant à New York. Ils se sont confiés au journal...

When, in 1804, Haiti acquired its independence, its newly adopted flag’s blue and red bands were sewn together by a woman. This gesture was the harbinger of the critical role women were to assume throughout Haiti’s bumpy road toward prosperity. Haitian women are known throughout the world as the backbone of the economy, the cornerstone of their households, the unfailing providers for their children, while, all along, dealing with systemic discrimination and marginalization. This contribution did not escape Francoise Elizée’s artistic sensitivity, despite her having left the country at the tender age of 13. She felt compelled to take a hiatus from a successful designing career, one which has earned her feature articles in magazines such as In Style, Elle and Glamour, to fly back home with photographer Pipe Yanguas in tow, and document the path, challenges and ultimate odd-defying success of twelve women who are representative of the proverbial Fanm peyi dayiti. Françoise Elizée had a talk with our Miami Bureau Chief, Frandley Denis Julien as she prepares for a book signing event of her book, Haiti Rediscovered, in Miami on March 4...

À Miami au Temple Sinai de Hollywood, samedi 27 janvier 2018, le Brothers Investment Group International a convoqué et réuni plus d’un millier de personnes dont une large majorité d’Haïtiens de la diaspora pour le premier gala haïtien du développement du Millénaire. En présence du ministre des Haïtiens vivant à l’étranger, Stéphanie Auguste, également titulaire du ministère des Affaires sociales et du Travail, du ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, Carmel André Béliard, de plusieurs patrons d’entreprises, de leaders de la Communauté haïtienne en Floride, le très prometteur groupe d’investisseurs haïtiens a présenté un projet à la fois fondateur et ambitieux qui concourt à la revitalisation de l’économie haïtienne et la restauration de la dignité nationale. Une initiative historique...

Une délégation parlementaire haïtienne a visité la République dominicaine à la fin de la semaine écoulée. Cette délégation, dirigée par les présidents du Sénat, Joseph Lambert, et de la Chambre des députés, Gary Bodeau, était forte de 17 membres. Du côté des sénateurs: Onondieu Louis, Willot Joseph, Wilfrid Gelin, Saurel Jacinthe, Nawoon Marcellus, Ralph Féthière, Richard Herve Fourcand, accompagnés du secretaire general du Senat, Rony Gilot et de Me Hannibal Coffy. Du côté des députés: Abel Descollines, Jean Willer Jean, Alfredo Antoine Junior, Wilner Guervil, Guearda Benjamin et Joseph Benoit Laguerre...

Le président des États-Unis, Donald Trump, coutumier des frasques qui ont fait sa fortune, a asséné un uppercut aux Haïtiens en traitant Haïti de pays de merde. Cet homme narcissique, instable sur le plan psychologique, imprévisible, prédisposé à toutes les outrances, n’est pas du genre à reconnaître ses torts et à s’en excuser...

Depuis quelques années, on enregistre une remontée constante du sentiment antihaïtien aux Bahamas. Ces derniers jours, selon le témoignage de certains compatriotes contactés sur place, ce sentiment est à son paroxysme, et pose de sérieux risques contre l’intégrité physique des Haïtiens, et des Bahamiens d’origine haïtienne...

Dans un article que nous avons publié la semaine dernière, est relatée une interview que le président Jovenel Moïse a accordée à l’agence américaine Bloomberg, dans laquelle le président a concédé un point à son homologue américain, suite aux déclarations de ce dernier selon lesquelles Haïti et certains pays d’Afrique seraient des fosses d’aisance. Selon Jovenel Moïse, au moins Trump a raison de déplorer le gaspillage de l’argent des contribuables américains dans certains pays, car, soutient M. Moïse, rien qu’en Haïti, entre 1.2 et 1.4 milliard de dollars des contribuables américains sont gaspillés annuellement dans les méandres de l’aide publique au développement...

Il ne faut pas passer par quatre chemins, le torchon brûle à l’Akademi Kreyòl Ayisyen et risque d’embraser toute l’institution. Les tensions internes sont exacerbées et ont débordé le cadre de divergences entre académiciens et conseil administratif pour s’étaler en plein jour et montrer qu’il y a péril en la demeure. Un académicien a déjà remis sa démission, M. Fernand Léger, et un autre a jeté l’éponge au sein du comité scientifique qu’il dirigeait, M. Michel Anne Frédéric DeGraff. Ce dernier dit même craindre pour sa vie. Ces deux académiciens sont vus par certains de leurs collègues comme des saboteurs en mission pour avilir et même détruire l’institution. Les griefs qu’ils exposent ne sont pas minces : népotisme, décisions unilatérales de certains dirigeants engageant toute l’institution, plagiat, violation des principes éthiques qui devraient protéger l’institution, menaces de mettre en branle l’action publique contre Léger et DeGraff qui sonne l’alarme dans un message fleuve sur le réseau social Facebook où il dénonce ce qu’il appelle des dérives de l’AKA et ses propos sont repris dans une entrevue qu’il accorde au linguiste Hugues Saint-Fort publiée dans Le National, le 22 février...

Entretien accordé par Paul Laraque et René Bélance le 17 juillet 1998 à Frantz-Antoine Leconte. Le texte littéraire de Paul Laraque et de René Bélance s’accompagne d’un imposant cortège de griefs et de quêtes qui posent avec urgence les problématiques auxquelles sont confrontés la société et les gens qui la composent. Ainsi, doit-on se rendre au-delà de sa luminosité pour appréhender son rôle, sa nécessité et surtout sa mission éthique ou esthétique qui s’accomplit à partir des rouages d’un énorme mécanisme d’exploration sociétale tant historique qu’actuelle...

Depuis quelque temps, des rumeurs sur une potentielle présence en Haïti d’agents américains venus, selon les ténors de la presse à sensation, « cueillir les dealers de drogue » dénoncés par Guy Philippe dans le cadre de sa collaboration avec les autorités américaines sont de plus en plus persistantes. Y a-t-il vraiment du nouveau dans cette affaire ? La réponse est oui. Mais est-ce vraiment ce dont on parle dans la presse à sensation ? La réponse est non. Quoi alors ?...

Afficher plus [173]