S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Jean-Pierre Siméon : la poésie sauvera le monde

Jean-Pierre Siméon : la poésie sauvera le monde



Poète, romancier dramaturge, figure importante de la poésie contemporaine, Jean Pierre Siméon est en Haïti dans le cadre de la première édition de Transe poétique, le premier festival international de la poésie contemporaine qui se déroule en Haïti jusqu’au 21 septembre 2019. Dans un entretien accordé au journal Le National, Jean Pierre Siméon fournit des explications sur la façon dont la poésie sauvera le monde.


L’œuvre poétique de Jean-Pierre Siméon fait l’objet de plusieurs distinctions littéraires parmi lesquelles Prix Théophile Briant, Prix Arthaud, Prix Appolinaire, Grand Prix du Mont-Saint-Michel et le prix Max Jacob. Poète et essayiste remarquable, il est l’auteur de Politique de la beauté (Cheyne 2017), Lettre à la femme aimée au sujet de la mort et autres poèmes (Gallimard 2017), La poésie sauvera le monde (Le Passeur 2015) Tous les sentiments contraires (Cheyne 2011), etc. Jean Pierre Siméon dirige actuellement la collection Poésie Gallimard. Pour le poète, la poésie est une énergie. Elle est proprement humaine. « La poésie ne remplace rien. Elle est une sorte de diapason où tout un chacun peut abriter leur existence. C’est par la poésie à travers le chant, la danse, le théâtre, la peinture et toutes les autres formes artistiques ou à travers des gens qui ne s’expriment pas à travers les formes artistiques tout simplement. Mais la poésie est là dans le geste amoureux, quand l’homme est intensément divin. La poésie est présente. Nous sommes tous occupés à des choses qui s’emparent notre quotidien que nous avons oublié la part de poésie qui est en chacun de nous. Ce qui sauverait la vie du monde c’est lorsqu’on accorde généralement des clés d’importance à ce que la poésie représente ». Plus loin, il a souligné que chacun porte en lui la poésie. Réagissant à la question sur la façon dont on peut devenir poète. Jean Pierre Siméon a expliqué qu’on devient poète lorsqu’on entend des poètes déclamer des poèmes, à travers des rencontres de lecture. Parfois, on devient poète lorsqu’on entend un poète déclamer un poème. Du coup, on pense que cette parole-là est différente du langage que nous entendons tous les jours. Que l’on parle en français, en créole ou en russe, il y a une autre langue, une autre parole, une autre poésie. Chacun d’entre nous peut l’entendre comme une parole importante pour lui. Quand on écoute un poème, et puis on se dit que cela me parle plus que le reste. Cela parle plus vrai. C’est ce qui donne envie d’aller à la poésie, et de l’écrire. On devient poète quand on multiplie des festivals sur la poésie pour permettre aux gens qui ne connaissent pas la poésie de l’entendre et d’aller vers la poésie ».

Jean Pierre Siméon a fait aussi remarquer que la poésie est essentielle dans la vie de l’humanité. Chez Gallimard où il dirige la collection Poésie, il œuvre inlassablement en vue d’apporter la poésie à tout le monde. « Cette collection fait la part belle aux poètes d’hier et ceux d’aujourd’hui bref les poètes du monde entier. Ce, pour permettre à tout le monde de lire la poésie à des jeunes, à des étudiants, un très beau prétexte, une manière formidable de faire partager ce que je crois, car tout le monde devrait lire la poésie, rencontrer la poésie pour nourrir leur existence. Plus le monde va mal, plus on a besoin de la poésie, et plus on aura besoin de poésie. Si le peuple haïtien arrive à surmonter ses grands malheurs et des catastrophes qui ont marqué son histoire, c’est parce que le peuple haïtien est un peuple profondément poète ». C’est la preuve que la poésie permet de survivre malgré toutes les catastrophes naturelles. In fine, Pierre Siméon est un grand lecteur de poésie haïtienne. Ami de Jean Metellus il lit les œuvres de René Depestre, de Francketienne, entre autres . « J’ai beaucoup lu la poésie haïtienne. Elle a une force, une énergie qui est liée à son histoire, au paysage. Il y a un don vital très fort dans la poésie haïtienne. J’entends l’oralité la parole qui se lève la parole dressée. Il y a quelque chose de très humain, de très concret, de très vivant et en même temps très radical. Il y a toujours une revendication dans la poésie haïtienne. Une revendication de liberté. Et j’aime bien ça ». Durant son passage en Haïti Jean –Pierre Siméon va animer des Master classe au profit des poètes haïtiens autour de la poésie. Il dit qu’il va écouter les jeunes auteurs haïtiens qui veulent exprimer ce que la poésie représente pour eux, ce qui les a amenés à la poésie et je leur proposerai décrire ensemble des poèmes.

Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [4172]