S'identifier Contact Avis
 
23° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Disparition de Vladjimir Legagneur : Printemps Bélizaire n’a pas répondu à l’invitation du juge

Disparition de Vladjimir Legagneur : Printemps Bélizaire n’a pas répondu à l’invitation du juge








Environ dix mois après la disparition du photo-journaliste Vladjimir Legagneur, soit le 14 mars 2018, à Grand Ravine, le juge d’instruction Jean Wilner Morin, qui enquête sur ce dossier, a invité, à titre de témoin, le député du parti politique Fanmi Lavalas, Printemps Bélizaire, à se présenter à son cabinet, le jeudi 6 décembre. Nonobstant, le député n’a pas honoré l’invitation en raison de son voyage officiel au Canada.

Le député n’a pas honoré l’invitation, toutefois, il se dit prêt à répondre à toutes les questions du magistrat. Car, selon lui, dans tous les pays du monde, un juge peut vouloir auditionner n’importe quel citoyen. Et, nous n’allons pas nous cacher derrière notre immunité parlementaire. D’après le député, il n’y a aucune autre information à révéler au juge d’instruction puisque toutes les informations ont déjà été présentées et diffusées dans les médias.

Le juge d’instruction a adressé une correspondance au président de la Chambre des députés pour l’informer de l’invitation du député Printemps Bélizaire à titre de témoin dans son cabinet dans le cadre de ce dossier. Mais, selon le député, l’invitation n’a pas pu être respectée vu que la Chambre est en vacances, et les députés ne reviendront de vacances qu’au mois de janvier 2019.

Pour des accusations concernant la relation entre les officiels et les chefs de gang, le Premier ministre Jean Henry Céant a promis d’ouvrir une enquête afin d’identifier les officiels qui assurent la protection des chefs de gangs dans le pays.

Jasmin Frandy



Articles connexes


Afficher plus [4719]