S'identifier Contact Avis
 
30.95° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
L’affaire Dermalog : la Première dame indexée

L’affaire Dermalog : la Première dame indexée








Sous l’égide de son président, les membres de la Commission éthique et anti-corruption ont présenté le rapport final basé sur la signature d’un contrat entre l’État haïtien et la compagnie allemande Dermalog. Un contrat qui, selon le rapport, ne respecte aucune des normes et procédures. Et, suite à ce travail d’enquête, une réunion s’est tenue ce week-end au Sénat de la République avec plusieurs membres du gouvernement pendant laquelle le DG de l’ONI aurait pointé du doigt la Première dame, Martine Moïse.

Le contrat paraphé entre l’État haïtien et la compagnie allemande Dermalog chargée de la fabrication des cartes d’identification nationale, vient de planter une nouvelle épine dans les pieds du Gouvernent. Puisque le travail de la Commission éthique et anti-corruption du Sénat de la République relève des irrégularités flagrantes, nécessitant, selon le président de la commission, le sénateur Youri Latortue, une enquête approfondie.

Les membres de la Commission soulignent de nombreuses irrégularités indexées dans ce contrat. Sans l’approbation de la Cour supérieure des comptes et du Contentieux administratif, sans appel d’offres, les autorités étatiques ont décaissé, dans le cadre de la signature d’un contrat entre l’État haïtien et la firme allemande Dermalog 8,2 millions de dollars en dehors de toutes les normes légales, alors qu’une autre compagnie réclamait dans les 2 millions pour faire le même travail » a expliqué le sénateur Youri Latortue qui a tenu à rappeler l’article 4.3 de la Constitution qui stipule que tout décaissement doit être fait après la signature de la Cour des comptes. Tel n’a pas été le cas. Alors qu’il était clairement écrit dans le contrat qu’un décaissement de 30 % sera effectué qu’après la signature de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA).

Martine Moïse indexée

La Première dame est de nouveau sous les projecteurs. Après l’affaire de la Saline, la Première dame de la République est de nouveau indexée dans un nouveau cas de détournement de fonds et de corruption avec le dossier du contrat de Dermalog. L’invitant à faire le point sur la signature d’un contrat paraphé entre l’État haïtien et la compagnie Dermalog au Sénat, le directeur de l’ONI a fait de nouvelles révélations sur ce dossier. Selon les déclarations du directeur, la Première dame de la République faisait partie de la délégation qui avait paraphé ce contrat au nom de l’État haïtien, en France. Donc, Martine Moïse a été l’un des acteurs majeurs de ce contrat. Alors que, cette dernière, selon les lois de la République n’a ni qualité ni droit pour entreprendre une telle démarche.

Le bureau de la première dame réagit

Martine Moïse nie toute implication. Suite à ses allégations faisant croire à une éventuelle implication de la Première dame dans la signature du contrat entre l’État haïtien et la firme allemande, le bureau de celle-ci a apporté démenti formel, dans une note rendue publique tout de suite après la séance de travail qui s’était tenue au Parlement entre les commissaires et les différents représentants de l’État haïtien dans le cadre de la signature de ce contrat d’environ 27 millions dollars.

L’enquête se poursuit. Au terme de ce travail et notamment après les révélations faites par le DG de l’ONI, le président de la commission, Youri Latortue, a tenu a précisé qu’une correspondance sera acheminée au président du Sénat pour lui demander une rallonge afin de pouvoir approfondir cette enquête.

Jodel Alcidor



Articles connexes


Afficher plus [5283]