S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Des citoyens tentent de fuir sans succès leur pays

Des citoyens tentent de fuir sans succès leur pays



L’année 2019 commence sur de mauvaises notes pour les migrants haïtiens. Du 1er au 7 janvier, environ quatre groupes de migrants fuyant le pays ont été interceptés dans plusieurs endroits géographiques de la région. En mer ou sur l’autre pays de l’ile, les Haïtiens essaient à tout prix de fuir leur pays.


Fuir le pays pour aller chercher une vie meilleure, telle est, entre autres, la motivation des citoyens haïtiens en migration vers les autres pays de la région. Pas de période ni de trêve pour les migrants haïtiens. À l’aube même de cette nouvelle année, entre le 1er et le 7 janvier, environ quatre groupes de migrants ont été appréhendés en mer et sur le territoire de la République dominicaine.

Des migrants haïtiens illégaux retenus en pleine mer

Le mardi 1er janvier, jour même de la célébration de l’indépendance du pays, les garde-côtes des USA ont annoncé le naufrage d’un bateau de 18 pieds avec 11 personnes à bord. Cette embarcation, venant de Freeport aux Bahamas à destination de Miami dans le cadre d’un trafic de migrants, avait 9 personnes d’origine haïtienne et 2 ressortissants bahamiens, portés disparus, à l’intérieur.

Sur la côte de Bahamas, à l’Est de South Beach, le même mardi 1er janvier les officiers de la Royal Bahamas Defence Force (RBDF) ont intercepté seize (16) migrants haïtiens clandestins. Par la suite, les agents de l’immigration ont découvert une embarcation de bois dans des eaux peu profondes à environ un quart de mille de la côte.

Si les autorités ont procédé à l’arrestation de seize migrants, pourtant elles ont déclaré qu’elles ne savaient pas combien de migrants se trouvaient initialement à bord du bateau. En ce sens, elles ont fait savoir que les recherches pour retrouver d’autres éventuels migrants haïtiens clandestins étaient en cours.

Toutefois, il faut souligner que c’est la deuxième interception en moins d’une semaine après l’arrestation de cent vingt-quatre (124) migrants haïtiens illégaux (107 hommes et 17 femmes) le 30 décembre 2018 dans une embarcation voile de 20 pieds à voile, à une vingtaine de kilomètres au sud de New Providence.

De concert avec la garde côtière américaine, les garde-côtes haïtiens ont détourné, le dimanche 6 janvier, un bateau de 70 migrants illégaux qui essaient de pénétrer le territoire américain. C’est le navire Vigilant (WMEC-617) du 7e district de la Garde côtière américaine, basé à Port Canaveral en Floride, qui a aidé les garde-côtes haïtiens à arrêter la course de ce navire où s’entassaient les migrants haïtiens.

En effet, l’équipage du Vigilant a poursuivi le bateau et pris contact avec la Garde côtière haïtienne avant de forcer l’embarcation haïtienne à changer de cap. Arrivée sur les lieux, l’unité maritime des garde-côtes d’Haïti a pris la relève accompagnant le bateau dans son retour en Haïti avec ses 70 passagers sains et saufs.

La République dominicaine expulse un nouveau groupe de migrants

En République dominicaine, Suite à l’installation d’un groupe de migrants haïtiens à Constantza de Valle Nuevo, et la pratique des cultures agricoles dans cette zone interdite par le ministère de l’Environnement, plusieurs centaines d’Haïtiens clandestins en situation migratoire irrégulière ont été interceptés, le mercredi 2 janvier, par la direction générale des et rapatriés en Haïti par la frontière de Dajabon.

Selon un recensement effectué par des associations locales de la région dans la communauté de la Curva et El Convento, sur 699 personnes résidant dans ces communautés, 590 sont des Haïtiens sans papier qui occupent les terres abandonnées par les Dominicains après leurs expulsions.

L’année 2019 a commencé de façon sombre pour les migrants haïtiens. De navires naufragés à expulsion dans leur pays, la nouvelle année s’annonce très difficile pour les citoyens haïtiens qui veulent échapper à la vie sociopolitique et économique de leur pays d’origine. Devant cette situation qui présente encore une fois de mauvaises images pour Haïti dans la région, que fait l’État haïtien ?

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [7112]