S'identifier Contact Avis
 
22.58° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le KONAKOM dénonce l’incapacité de l’État

Le KONAKOM dénonce l’incapacité de l’État








Le parti politique moderne pour le renouveau d’Haïti KONAKOM, membre du Mouvement patriotique populaire dessalinien (MOPOD), dans une note de presse publiée le 8 janvier 2019, se montre très critique par rapport à la mauvaise gestion des taxes des contribuables par l’administration Moïse/Céant tout en montrant son incapacité de fournir à la population des services adéquats.

L’État haïtien est c a t é g o r i q u e m e n t dysfonctionnel, les autorités sont nettement incapables de répondre aux besoins de la population et il y a des procès ayant rapport à la corruption qui doivent se réaliser, mais qui tardent jusqu’ici à être effectifs. Donc, c’est anormal que les contribuables continuent à verser des taxes aux autorités du pays », croit Dunois Érick Cantave, coordonnateur de KONAKOM. Il se demande comment un État prédateur qui n’arrive même pas à protéger ses agents douaniers, qui n’assure pas les besoins de santé de la population, ne ramasse pas les ordures, puisse faire pression et tenter d’intimider les citoyens pour la plupart des chômeurs de payer leurs impôts.

Selon lui, certaine pédagogie citoyenne démontre toute l’incapacité de cet État prédateur et corrompu à même récupérer de manière rationnelle les redevances des contribuables et à garantir la bonne utilisation de ces taxes. Avant d’entrer dans la normalité de l’État, les autorités doivent récupérer de manière rationnelle les taxes des contribuables et d’en faire bon usage. « Les chômeurs de tout âge sont déjà taxés par ce fameux TCA où tout le monde se trouve sur le même pied d’égalité face à cette redevance indirecte en consommant le peu qu’ils arrivent à récolter en dépit des turpitudes de la vie », observe le représentant de KONAKOM au sein du MOPOD.

Le KONAKOM pense que les décideurs devraient plutôt commencer par rechercher les meilleurs moyens pouvant améliorer les conditions de travail des employés de la Direction générale des impôts (DGI) avant d’exiger d’eux de meilleurs résultats également un comportement citoyen des contribuables. « Cet État prédateur qui n’arrive même pas à garantir les services de base à la population intervient avec arrogance dans les médias pour les menacer. Cette pseudo-pression fiscale qui n’aboutira pas à grand-chose devra laisser la place à des approches plus intelligentes et plus rationnelles », estime-t-il, en demandant à la population de poursuivre la mobilisation tout en se montrant favorable pour une désobéissance civile afin qu’il puisse avoir un nouveau système en place où l’État sera au service des citoyens.

Le KONAKOM demande aux responsables du pays qu’il qualifie d’« État prédateur » d’arrêter de harceler et de menacer la population. D’après lui, les autorités feraient mieux de rechercher les impôts là où ils se trouvent dans le cadre d’une fiscalité plus efficace et plus juste dans un pays où tous les citoyens devraient être en mesure de créer et de bénéficier de la richesse et de bonnes conditions de vie.

Frandy Jasmin



Articles connexes


Afficher plus [4969]