S'identifier Contact Avis
 
30.15° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La présence de l’ex-inspecteur de police Edner Comé sollicitée dans le cadre du procès de Clifford Brandt

La présence de l’ex-inspecteur de police Edner Comé sollicitée dans le cadre du procès de Clifford Brandt








Comme prévu, le procès de l’homme d’affaires Clifford Brandt a repris dans la juridiction des Gonaïves le mardi 8 janvier 2019. Dans une ambiance plus calme que d’ordinaire, le juge en charge du dossier, Me Denis Pierre Michel, a rouvert le jugement. Les deux parties, à savoir les accusés Clifford Brandt et consorts et les victimes membres de la famille Moscosso se sont présentés au tribunal, a observé Le National.

Le procès de l’homme d’affaires Clifford Brandt et consorts poursuit son chemin dans la juridiction des Gonaïves. Ce fameux procès est au moins à sa cinquième audience. Lors de la dernière qui est reprise le mardi 8 janvier 2019, l’accusé Clifford Brandt a fait des aveux. Ce dernier avait admis avoir commandité l’enlèvement des jeunes Coralie et Nicolas Moscosso par-devant le tribunal criminel. Tout en essayant de justifier son implication à ce crime, Clifford Brandt a jeté toute la responsabilité sur l’ex-inspecteur de police Edner Comé qu’il accuse d’avoir exigé des rançons pour Nicolas et Coralie Moscosso à son insu. « Mon intention, c’était de donner une leçon à la famille Mossoco en guise de vengeance », a-t-il indiqué, larmes aux yeux, tout en présentant ses excuses à la famille Moscosso.

Pertinent dans le cadre de ce dossier, le nom de Edner Comé, chauffeur et agent en charge de la sécurité de Clifford Brandt a dominé l’audience du mardi. Intervenant sur l’incarcération de l’accusé Edner Comé à la prison civile de la Croix-des-Bouquets, le juge du siège a adressé la parole au commissaire du gouvernement. Du coup, le commissaire a estimé nécessaire de recouvrir les débats particuliers. À cet effet, le commissaire a requis au tribunal de faire comparaitre l’accusé Endner Comé pour être auditionné normalement. Le juge s’est obligé d’observer une suspension d’audience de 45 minutes pour analyser la demande faite par le ministère public.

Le débat était particulièrement houleux entre le ministère public et le conseil de défense de M. Brandt. La demande des représentants du ministère public était très mal vue par les avocats de l’homme d’affaires. Ils ont essayé vainement de contester cette demande, puisque le président du tribunal criminel a finalement donné suite au réquisitoire du commissaire. Par un avant dire droit, le juge Denis Pierre Michel a ordonné au commissaire de prendre toutes les dispositions pour faire présenter l’accusé Edner Comé au tribunal criminel le mardi 15 janvier 2019.

Interrogé en marge de l’audience, Me Marc Antoine Saint Vil, l’un des défenseurs de Clifford Brandt a exprimé de l’insatisfaction par rapport à la décision du doyen du tribunal criminel. Selon le juriste, Edner Comé a été déjà condamné par contumace. « Sa présence n’est pas nécessaire pour le procès » a ajouté Me Saint Vil tout en précisant que toutes erreurs de formes peuvent jouer en faveur de son client.

Dieulivens JULES



Articles connexes


Afficher plus [5060]