S'identifier Contact Avis
 
30.43° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Frantz Ulysse menace de bloquer la nationale # 1

Frantz Ulysse menace de bloquer la nationale # 1








Dans le cadre d’une politique d’apaisement social mis en oeuvre en décembre 2018, des fonds évalués à plus de cinq millions de gourdes ont été décaissés par l’administration Moïse/Céant au profit du bureau de la délégation départementale de l’Artibonite pour la réalisation d’un projet d’assainissement dans la commune de Saint-Marc. La mairie n’a pas été informée. En ce sens, l’un des maires assesseurs, Frantz Ulysse, dénonce ce projet et réclame du pouvoir central un quota de 20 % des recettes collectées pour la réalisation des travaux d’infrastructures dans la commune. Dans le cas contraire, dit-il, les entrées principales de la ville seront bloquées lors des festivités carnavalesques prévues en mars 2019 aux Gonaïves.

Frantz Ulysse, l’un des maires adjoints de la commune de Saint-Marc, a fustigé l’attitude de l’administration Moïse/ Céant négligeant les membres des collectivités territoriales au profit des parlementaires et de ses représentants départementaux qui marchent sur les platebandes de la mairie. « Ces projets, qui s’exécutent généralement dans divers endroits de la ville, n’ont pas l’approbation du Conseil municipal et certaines fois, celui-ci a été informé à la dernière minute », a avoué le maire adjoint de Saint-Marc.

« Ces travaux ont permis d’embaucher entre 400 à 500 proches du pouvoir qui ont nettoyé des canaux d’irrigation et les détritus ont été laissés sur la voie publique pour être ramassés par les employés de la voirie ; d’autres partisans de l’équipe gouvernementale, qui ont reçu des contrats, n’ont pas respecté leur engagement », a expliqué l’ancien président de l’Association des maires de l’Artibonite (AMA), Frantz Ulysse.

« Cette situation avait provoqué la frustration du Conseil municipal qui avait menacé de stopper ce projet qui constitue un lourd fardeau pour la ville en plus des tronçons de réhabilitation de diverses artères de la ville démarrées par le ministère des Travaux publics, Transport et Communication (MTPTC) qui n’ont pas été achevés depuis plusieurs mois », a fait remarquer, le maire adjoint de Saint-Marc.

Face à l’incompréhension de l’équipe gouvernementale qui se soucie seulement de collecter des taxes au niveau de la douane et de l’Autorité portuaire nationale (APN) via le bureau régional de la Direction générale des impôts (DGI) sans se pencher sur les besoins réels des gens de la communauté, le maire adjoint de Saint-Marc, Frantz Ulysse, réclame un quota de 20 % des 150 millions de gourdes collectées mensuellement au profit du Trésor public, ce en vue de permettre la réalisation de certains projets d’infrastructures au centre-ville et des six sections communales.

M. Ulysse s’interroge sur la décision du ministère des Travaux publics, Transport et Communication (MTPTC) d’octroyer 75 millions de gourdes à la commune des Gonaïves, plus de onze millions de gourdes à la commune de Marchand Dessalines et une pitance de 10 millions de gourdes à la commune de Saint-Marc pour des travaux d’infrastructures, tandis que la cité de Nissage Saget fournit près de 57 % des recettes fiscales du département au Trésor public.

En dépit de ses capacités économiques, la commune de Saint- Marc est traitée en parent pauvre et pour forcer la main de l’État central, le maire adjoint se dit prêt, de concert avec d’autres organisations sociopolitiques, à bloquer les entrées nord et sud de la ville durant la période carnavalesque qui se tiendra les 3, 4 et 5 mars 2019 aux Gonaïves. Ce, pour contraindre les autorités étatiques à avoir un regard plus attentif sur la commune.

Nixon Deneus



Articles connexes


Afficher plus [5060]