S'identifier Contact Avis
 
24.44° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
9 ans de discours et de commémoration

9 ans de discours et de commémoration








En prélude à la commémoration de la 9e année du tremblement de terre dévastateur du 12 janvier 2010, plusieurs activités sont prévues par des organisations, dont la Mission des Nations unies pour l’appui à la Justice-Haïti (MINUJUSTH), le Bureau des avocats internationaux (BAI), le Mouvement de liberté, d’égalité des Haïtiens pour la fraternité (MOLEGHAF) et le Rotary Club.


Le samedi 12 janvier 2019 marquera la 9e année du passage du tremblement de terre dévastateur du 12 janvier 2010 ayant provoqué la mort de plusieurs centaines de milliers d’Haïtiens. Cette année encore, des organisations d’horizons divers de la société veulent marquer à leur manière cette date. Un sit-in devant les locaux de l’Entreprise publique de promotion et de logement sociaux (EPPLS) à Delmas et des activités commémoratives sont parmi les activités prévues pour marquer cette date.

La MINUJUSTH rend hommage aux victimes

Afin de rendre aux familles victimes, amis et collègues qui avaient perdu leur vie au cours du tremblement de terre qui a dévasté Haïti, il y a de cela 9 ans, la Mission des Nations unies pour l’appui à la justice Haïti (MINUJUSTH) organise deux cérémonies commémoratives. Une première devant le mémorial des Nations unies (Logbase), le vendredi 11 janvier 2019 à 10 heures, et la deuxième sur l’ancien site de la MINUSTAH (Hôtel Christopher), le 12 janvier à 16 h 53.

MOLEGHAF exige une vraie politique de logements sociaux

Aux côtés des activités commémoratives prévues par la MUNUJUSTH, plusieurs organisations, dont le Bureau des avocats internationaux (BAI), le Mouvement de liberté, d’égalité des Haïtiens pour la fraternité (MOLEGHAF) et Kay la ont annoncé un sit-in, le vendredi 11 janvier 2019, devant les locaux de l’Entreprise publique de promotion et de logements sociaux (EPPLS), à Delmas, pour exprimer leurs incertitudes et leur indignation vis-à-vis de la politique de logement pratiquée par l’État haïtien 9 ans après la catastrophe du 12 janvier qui aurait pourtant dû servir de leçon.

Le secrétaire général du MOLEGHAF s’en prend aux dirigeants. « Neuf ans après le passage du séisme, les conditions sociopolitiques des citoyens restent inchangées. Des milliers de nos compatriotes sont toujours sans abris alors que plusieurs millions de dollars ont été collectés, décaissés et dépensés pour la reconstruction des villes durement frappées par cette catastrophe naturelle. Laquelle reconstruction qui se fait toujours attendre », s’est indigné David Oxygène qui souligne, par ailleurs, que l’objectif de ce sit-in est d’exiger de la part des autorités concernées une vraie politique de logements sociaux.

Par ailleurs, le responsable de MOLEGHAF invite les citoyens à défendre leur droit notamment celui d’un logement décent. « Lequel droit est garanti par la Constitution haïtienne », a-t-il précisé.

Canaan, un produit du 12 janvier

Les conséquences du séisme du 12 janvier 2010 sont multiples. Mis à part les nombreuses pertes en vies humaines et les dégâts matériels causés, le séisme du 12 janvier a d’autres répercussions sur la société et sur le pays tout entier. À titre d’exemple, la construction d’un nouveau bidonville à l’entrée nord de la ville de Port-au-Prince, Canaan. Canaan est aujourd’hui une zone construite sous les yeux passifs des dirigeants qui peut, comme certains quartiers de la ville, générer de la violence et de l’insécurité.

Jodel Alcidor



Articles connexes


Afficher plus [5549]