S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

« Les 2,25 milliards de gourdes, allouées à l’UEH, représentent seulement 45,41 % de l’enveloppe totale qu’elle a sollicitée », dixit le recteur Fritz Deshommes

« Les 2,25 milliards de gourdes, allouées à l’UEH, représentent seulement 45,41 % de l’enveloppe totale qu’elle a sollicitée », dixit le recteur Fritz Deshommes



Dans le projet de loi de finances 2018-2019, le montant alloué à l’Université d’État d’Haïti (UEH) est de l’ordre de 2,25 milliards de gourdes. Selon Fritz Deshommes, le recteur de ladite institution, cette somme représente seulement 45,41 % du montant total sollicité par l’UEH pour son bon fonctionnement.


D’après Fritz Deshommes, l’UEH avait sollicité une enveloppe de quatre milliards neuf cent soixante et un million cinq cent vingt-trois mille trois cent soixante et un et 72/100 (4,961,523,361.72) gourdes dans le cadre de la préparation de ce projet de loi de finances. Cependant, dans le projet de loi de finances 2018-2019, le montant alloué à l’UEH équivaut à 2,25 milliards, ce qui représente 45,41 % de la somme totale demandée pour faire fonctionner normalement l’institution universitaire. « Cela veut dire qu’au moins 75 % des nouveaux projets et besoins prioritaires de l’institution pour l’exercice 2018-2019 ne pourront pas être réalisés, satisfaits faute de financement », a fait savoir le recteur.

En outre, le recteur explique que les crédits octroyés à l’UEH sont inférieurs en valeur réelle de ceux de l’année dernière, même s’ils paraissent supérieurs normalement. Aussi bien, dit M. Deshommes, ces crédits sont inférieurs aux standards mondiaux quant au coût par étudiant et le nombre de professeurs à plein temps. Le recteur laisse également croire que ces crédits ne prennent pas en compte les engagements formels de l’État vis-à-vis du plus important établissement national d’enseignement supérieur du pays.

Pour démontrer les faits, M. Deshommes s’explique ainsi : « passant de 1,303,000,000.00 pour l’exercice précédent à 1,472,127,123.00 gourdes dans le projet de loi de finances 2018- 2019, les crédits de fonctionnement de l’UEH ont certes connu une augmentation nominale de 169,127,123.00 gourdes, soit 12.98 %, mais en termes réels, cette augmentation est nettement moins importante qu’elle ne le parait ».

Selon Fritz Deshommes, les biens et services se procurent sur le marché, en fonction de la variation des prix et de l’évolution du taux de change du dollar par rapport à la gourde. « Or, de 2017-2018 à aujourd’hui, le taux de change moyen d’un dollar est passé de 65 à 80 gourdes, soit une appréciation d’environ 23 % qui risque d’augmenter davantage dans les mois à venir », a déclaré le recteur de l’UEH.

Le professeur a expliqué que dans le concret l’enveloppe de 1,303,000,000.00 gourdes du budget de fonctionnement valait environ 20 millions de dollars américains en 2017-2018, alors que la nouvelle enveloppe de 1,472,127,123.00 pour 2018-2019 vaut seulement 18,4 millions de dollars américains. » De ce fait, laisse-t-il savoir, « en termes réels, le budget de fonctionnement de l’UEH, au lieu d’augmenter, a diminué de près de 1,6 million de dollars américains environ, soit 130 millions de gourdes ».

En ce qui a trait aux standards mondiaux, dit le recteur, les ressources mises à la disposition de l’UEH ne répondent pas. « Le coût moyen par étudiant à travers le monde est de 4160 dollars US alors qu’avec ses 31 000 étudiants, le budget de l’UEH n’atteint pas 600 dollars par étudiant », raconte le professeur. Ce dernier a relaté que si l’on prend en compte l’ensemble des professeurs a temps plein, selon les standards mondiaux, l’UEH devrait en avoir plus de 3000 alors qu’il atteint 300 à peine. M. Deshommes va plus loin en affirmant qu’avec les salaires actuels, déjà insuffisants que la somme de 3.2 milliards de gourdes serait suffisant pour le paiement desdits professeurs.

L’on notera, pour le recteur de l’Université d’État d’Haïti (UEH), Fritz Deshommes, ce projet de loi de finances 2018-2019 « ne prend pas en compte les engagements de l’État haïtien formellement contractés dans le cadre du Protocole d’entente UEH-État signé, le 17 mai 2018, par le Premier ministre et le recteur de l’UEH ».

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [7639]