S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le directeur général de l’EDH fait le point

Le directeur général de l’EDH fait le point



Les cris de la population sur la rareté de l’électricité dans le pays semblent avoir atteint les oreilles des autorités de l’institution étatique autonome chargée de la distribution de l’énergie électrique dans le pays. Ainsi, le directeur général de l’Électricité d’Haïti (EDH), Jean Nicolas Hervé Pierre-Louis, a expliqué que la pénurie de courant électrique constatée à travers le pays au cours du mois de janvier est liée à la production hydro-électrique et à la pluviométrie et à la rareté de carburant enregistrée sur le marché au cours des premières semaines du mois de janvier. Ce qui a causé, selon lui, le fonctionnement au ralenti du barrage de Péligre et d’autres centraux électriques du pays.


De décembre à avril, Haïti est en saison des eaux basses, a révélé le directeur général de l’Électricité d’Haïti (EDH), Jean Nicolas Hervé Pierre-Louis. Ce qui a engendré, d’après l’explication du directeur, la diminution de la capacité de la Centrale de Péligre qui produit 54 MW avec ses 3 turbines en saison pluvieuse, mais ne délivrant actuellement que 14 MW avec une seule turbine en opération. D’où, d’après le DG, une baisse considérable dans l’alimentation en courant électrique du Plateau central et de la zone métropolitaine.

Par ailleurs, le directeur a aussi mis en cause le problème de carburant constaté dans le pays au cours des deux premières semaines du mois de janvier. « Tous les opérateurs connaissent depuis plus quelques semaines de sérieuses difficultés d’approvisionnement en carburant (Mazout et Gasoil) et l’EDH ne fait pas exception à cette crise passagère de carburants », a souligné ingénieur Pierre-Louis. Il a reconnu que ce manque de carburants a engendré un rationnement sévère à Port-au-Prince et dans les villes de Province.

Le DG veut rassurer la clientèle

Pour ce qui concerne le rétablissement à l’horaire habituel, l’ingénieur Pierre-Louis a rassuré qu’avec la disponibilité des carburants et la normalisation des approvisionnements, le service de l’EDH va pouvoir reprendre graduellement le rythme de sa distribution sur les différents circuits à travers tout le pays. Toutefois, pour la centrale de Péligre, le DG a souligné qu’il faut attendre le retour de la saison pluvieuse (mai à novembre) pour compléter les capacités de production avec l’entrée à pleine puissance sur le réseau de la Centrale hydro-électrique de Péligre.

Des problèmes structuraux qui entravent le fonctionnent de L’EDH

Alors que l’institution chargée de produire, transporter, distribuer et commercialiser l’énergie électrique sur toute l’étendue du territoire national a besoin de 1,6 milliard de gourdes par mois pour garantir son autonomie, cependant, ses recettes mensuelles tournent autour de 400 millions de gourdes en moyenne pour l’ensemble du territoire, selon le DG.

Entre autres, suivant Jean Nicolas Hervé Pierre-Louis, le faible taux de paiement des abonnés, la fraude, le vol du courant électrique et la construction d’extensions de réseaux en dehors des normes dont les conséquences sont préjudiciables tant pour la compagnie que pour ses abonnés constituent autant de problèmes majeurs empêchant l’EDH de répondre à sa mission.

En effet, dans un rapport de la direction commerciale de l’EDH pour le mois de décembre 2018, sur 136,589 factures émises, seulement 16,654 ont été acquittées, soit un taux de 12.19 %. Dans la catégorie des grands clients sur 2,614 factures émises 1,016 ont été payées (38 % contre 51.5 % en novembre), à Pétion- Ville 31,532 factures émises pour 5,022 paiements (15.9 % contre 17.7 % en novembre), à Delmas 21,086 factures émises pour 3,712 paiements (17.6 % contre 23 % en novembre), à Tabarre 23,056 factures pour 1,257 paiement (5.4 %), à Carrefour 35,105 factures pour 2,626 paiements (7.4 %). Et à Port-au-Prince, sur 23,196 factures émises il y a eu 3,021 paiements (13 % contre 23 % en novembre 2018).

En novembre 2018 la somme (les factures impayées) due à l’EDH par les différents secteurs consommateurs s’élevait à 17.2 milliards de gourdes. La dette des résidents à Port-au-Prince et dans les villes de province s’estimait à plus de 9 milliards de gourdes. Plus de 1.2 milliard de gourdes pour les commerces à Port-au- Prince et dans les provinces. Celle des industries s’élevait à plus de 1 milliard de gourdes, l’éclairage publique 3,7 milliards de gourdes, les organismes autonomes à Port-au-Prince et dans les provinces 697 millions de gourdes, les organismes publics : 1,3 milliard de gourdes.

Tandis que le président de la République, Jovenel Moïse, a promis de fournir le courant électrique 24/24 sur tout le territoire national dans environ six mois, l’unique institution étatique responsable de ce secteur dans le pays montre clairement que la situation électrique du pays ne va pas changer dans le délai imparti par le chef de l’État. Des problèmes de carburant à la baisse des eaux durant la période allant de décembre à avril, l’EDH dévoile discrètement ses incapacités infrastructurelles de répondre aux besoins de la population et d’accomplir promptement la promesse du président Moïse.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6679]