S'identifier Contact Avis
 
27.78° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
L’état d’urgence économique déclaré sur tout le territoire national

L’état d’urgence économique déclaré sur tout le territoire national








Mardi 5 février, en Conseil des ministres avec son équipe, le chef de l’État, Jovenel Moïse, a annoncé un train de mesures adoptées dans l’idée d’améliorer la situation économique critique du pays. Rien de nouveau. Car ces mesures ont été déjà annoncées dans le passé et jamais respectées par cette même administration.

Environ 11 nouvelles mesures pour renforcer et relancer l’arrêté sur le train de vie de l’État, pris en Conseil des ministres le 5 avril 2017. L’Exécutif a parlé de l’interdiction d’achat de véhicules jusqu’au 30 septembre 2019. Interdiction des contrats de location pour le compte des agents publics. Interdiction de voyager sans l’autorisation du Premier ministre ou du ministre de tutelle, et le cas échéant, la délégation ne doit pas avoir plus de 5 membres. Reconsidération des per diem. Surveillance au plus haut niveau dans l’achat de biens et service pour l’État.

Par ailleurs, une interdiction de circulation des véhicules de l’État durant les week-ends et les jours fériés a été annoncée. Pour les jours ouvrables les détenteurs de ces véhicules ont jusqu’à 19 h pour les utiliser. Harmonisation des salaires des directeurs généraux. Suspension des achats de cartes téléphoniques au profit d’un plan que l’État va proposer. Interdiction de toutes formes de subvention à moins d’une autorisation formelle du Premier ministre; obligation des ministres, secrétaires d’État, directeurs généraux, de finaliser leur déclaration de patrimoine et déclaration définitive d’impôt sont parmi les mesures annoncées.

Par rapport à ces mesures, il est important de se questionner sur la portée d’une décision pareille. L’Exécutif tente d’expliquer que ce sont des mesures adoptées dans l’idée d’améliorer les conditions de vie de la population. Pourtant, ces mêmes mesures ont été déjà adoptées et violées par cette administration. Le barème sur les per diem, le pacte automobile de l’administration publique, la question des voyages, tous ces aspects ont été déjà évoqués dans l’arrêté du 5 avril 2017 sur le train de vie de l’État. Pourtant, depuis son adoption, cet arrêté a été mis au tiroir.

Le président de la République, l’initiateur de cet arrêté sur le train de vie de l’État, était le premier à ne pas le prendre en considération. Ses voyages à l’étranger, son cortège officiel, ses différentes nominations non nécessaires prouvent qu’il était le premier à mettre de côté cet arrêté sur la réduction du train de vie de l’État. À preuve, une semaine après la publication de cet arrêté, le président avait nommé quatre porte-parole uniquement à son service. Mais aujourd’hui, dans ce contexte fragile, un contexte où la population et les groupes de pression se préparent à fouler le béton le 7 février pour protester contre la cherté de la vie, le chef de l’État pense pouvoir faire respecter ces mêmes mesures qu’il a lui-même violées dans l’idée d’apporter des réponses et solutions.

Pour l’Exécutif, il y a lieu de déclarer urgence économique. Et de fait, il y a urgence. Mais, décréter l’urgence économique en annonçant des mesures non concrètes telles que l’accès au crédit, la relance de l’activité économique, renforcement des programmes sociaux, suspension des franchises fiscales et douanières, etc., suffirait à apaiser la colère d’une population qui traverse un moment difficile de son histoire avec un pays rongé par la corruption et le gaspillage des biens publics.

Evens RÉGIS



Articles connexes


Afficher plus [5549]