S'identifier Contact Avis
 
26.97° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Détention préventive prolongée : des défenseurs des droits humains tirent la sonnette d’alarme au Cap-Haïtien

Détention préventive prolongée : des défenseurs des droits humains tirent la sonnette d’alarme au Cap-Haïtien








La Ligue haïtienne des organisations pour la défense des droits humains (LHODDH) s’est dit être consternée par les conditions de détention des détenus à la prison civile du Cap-Haïtien. Elle exhorte les autorités judiciaires du pays à prendre des dispositions urgentes pour les améliorer en pensant notamment aux femmes incarcérées.

« Un espace conçu pour moins de 400 détenus héberge 957, dont 35 femmes et 34 mineurs, dans des conditions hygiéniques accablantes », a fait savoir Wesly Dorvil, coordonnateur général de la Ligue haïtienne pour la défense des droits humains (LHODDH).

Selon M. Dorvil, plus de 370 personnes sont en détention préventive prolongée, et attendent le verdict de la justice. Il a questionné le processus de réalisation des assises criminelles régulières dans la juridiction du Cap-Haïtien alors que le taux de détention provisoire ne cesse d’augmenter.

« La politique judiciaire de l’État haïtien n’est pas au profit des faibles », a-t-il déploré. De nombreux détenus sont tombés malades dans la prison, en effet les conditions de détention ne répondent pas aux normes hygiéniques.

Par ailleurs, le défenseur des droits de l’homme a dénoncé le comportement de certains juges au parquet de la juridiction du Cap-Haïtien qui s’amusent à libérer contre rançon des présumés assassins sans l’avis du commissaire du gouvernement : « c’est une mauvaise pratique qui ne date pas d’hier, mais personne n’ose la dénoncer », a-t-il dit en invitant le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) à diligenter une enquête pour trouver les magistrats corrompus tribunal de première instance du Cap-Haïtien.

Parallèlement, le responsable de LHODDH, peint un tableau sombre de l’évolution de la situation des droits de l’homme dans le pays pour les 24 du président Jovenel Moïse à la tête de du pays.

« L’accès à la nourriture et à l’eau potable devient plus difficile pour la population rurale, même dans certaines grandes villes, le pouvoir d’achat des ménages est en nette régression, alors que les autorités compétentes restent inactifs » a déploré Wesly Dorvil, appelant la population à forcer les responsables du pays à plancher sur les difficultés socioéconomiques auxquelles elle fait face afin de prévenir un éclatement dans la société haïtienne.

Wesly Dorvil désapprouve l’intention du gouvernement d’importer le riz dans le pays alors qu’il devrait accorder beaucoup plus d’importance à la production agricole : « la meilleure stratégie consiste à investir dans la production agricole locale afin de faire face à la pénurie alimentaire dans le pays », a-t-il souhaité.

Hervé Délima



Articles connexes


Afficher plus [5060]