S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
OCID promet d’enquêter sur le fonctionnement des bureaux parlementaires

OCID promet d’enquêter sur le fonctionnement des bureaux parlementaires








Les parlementaires de la 50e législature, dont leurs mandats arrivent à terme sous peu, sont au centre de tous les grands débats. Outre les critiques acerbes, l’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la démocratie (OCID), qui se donne pour mission entre autres de veiller au mode de fonctionnement du Parlement, annonce l’ouverture d’une petite enquête sur le fonctionnement des bureaux des parlementaires.

Le fonctionnement des bureaux parlementaires fait l’objet d’une enquête. Conformément aux règlements intérieurs, les députés et sénateurs de la République reçoivent un frais pour l’opérationnalisation de leurs bureaux respectifs. Ce montant qui s’élève à plusieurs milliers de gourdes prend en compte la location d’espace, le paiement d’employés entres autres. Combien de parlementaires de la 50e législature ont réellement un bureau fonctionnel ? Cet argent est-il utilisé à bon escient ? L’OCID semble préoccuper par cette situation et promet d’enquêter.

Dans le but de prôner la transparence parlementaire et une collaboration accrue du Parlement avec la société civile, l’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la démocratie (OCID) à travers une note rendue publique a promis de mener une petite enquête sur le fonctionnement des bureaux des parlementaires au niveau des circonscriptions et des départements. « L’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la démocratie (OCID) continue son monitoring des activités du Parlement et lance, cette semaine, une petite enquête sur le fonctionnement des bureaux des parlementaires au niveau des circonscriptions et des départements. Une dizaine d’enquêteurs sont mobilisés à travers les dix (10) départements pour collecter des données relatives à l’existence et à l’opérationnalisation de ces bureaux pour lesquels un frais de fonctionnement (location d’espace et paiement d’employés) est octroyé mensuellement et/ ou annuellement à chaque parlementaire » lit-on sur la page officielle de cette organisation. Le résultat de cette enquête sera publié au début du mois d’avril au tard.

Combien coute finalement un député au trésor public ?

La réduction du train de vie de l’État a engendré toute une série de questionnement sur les institutions haïtiennes notamment le Parlement. Combien coûte un député, cette question revient avec insistance. Il faut souligner qu’en plus des fonds alloués aux députés pour le fonctionnement des bureaux, ils ont reçu également des frais de subventions pour l’achat des véhicules (29 000 milles dollars américains), des frais de carburant (15 000 gourdes mensuelles), 50 000 gourdes annuellement pour réparer le véhicule et 75 000 gourdes toujours chaque année pour changer pneus et batterie. À cela, on peut ajouter les 10 000 gourdes reçues en carte de recharge chaque mois.

En plus, le député a rendez-vous avec deux grands moments au cours d’une année : la rentrée des classes et la fête de Pâques. À chacune de ces périodes, l’État décaisse 500 000 gourdes pour chacun d’eux sans oublier le salaire net, les frais de voyage, l’argent du chauffeur, les consultants, etc.

Le fonctionnement bancal du Parlement

En dépit de l’annulation du carnaval national, le Parlement a été quasi-dysfonctionnel selon OCID. « Parlementaires, employés et contractuels n’ont pas été remarqués dans les parages du Palais législatif au cours de cette période sauf quelques agents de sécurité. Même le mât a été orphelin du bicolore » a souligné l’Observatoire citoyen, qui souhaite par la suite la reprise des activités au niveau du Parlement.

Jodel Alcidor



Articles connexes


Afficher plus [5283]