S'identifier Contact Avis
 
26.11° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Sortie de crise : des citoyens de plus en plus sceptiques

Sortie de crise : des citoyens de plus en plus sceptiques








Malgré la nomination d’un nouveau Premier ministre par le président de la République, Jovenel Moïse, quelques citoyens de la métropole Sud du pays sont de plus en plus sceptiques quant à une issue à la crise sociopolitique que connait le pays.

Si la démission de l’ancien Premier ministre, Jean- Henry Céant, à la tête de la Primature et la nomination de Jean Michel Lapin est pour l’Exécutif une stratégie politique visant à trouver un aller mieux dans la crise sociopolitique à laquelle est confronté le pays depuis des mois, certains citoyens de la troisième ville du pays, Les Cayes, pensent le contraire. Ils sont nombreux ceux qui croient que la situation ne fait que s’assombrir. Ces citoyens se montrent sceptiques par rapport à l’amélioration des conditions de vie de la population : objectif que se fixe l’Exécutif par ce changement de tête à la Primature.

« Le problème d’Haïti ne peut pas se résumer à un simple changement de gouvernement », estiment certains leaders d’opinion et analystes politiques de la métropole du Sud. « C’est un problème de système », martèlent certains d’entre eux. Ainsi lancent-ils un cri d’alarme pour un changement radical. Ils prennent en exemple le dernier gouvernement qui, selon eux, n’a pas pu apporter des résultats concrets aux problèmes socio-économiques et politiques du pays. « Et, cela a toujours été ainsi », ont-ils renchéri.

D’autres citoyens exhortent les autorités à mettre de côté leurs intérêts personnels en priorisant les intérêts de la nation. C’est, en effet, la seule porte de sortie à la crise selon ces citoyens. Ces derniers plaident également en faveur d’un dialogue national franc et désintéressé. Dans le cas contraire, ils disent craindre que le pays connaisse des situations pires que celle-ci ; ce qui, à leur avis, serait synonyme de chaos.

« Le chaos, on y est déjà » affirment quelques-uns. Ces derniers déclarent que la situation de vie chère, le niveau du dollar et la misère que connait la majorité de la population n’ont jamais été aussi déplorables. « Le pire n’est pas à envisager », fulminent-ils. Selon ces groupes de citoyens, il revient aux dirigeants de donner le ton et de prendre des mesures pour pallier cette situation voire même la remédier.

Ils estiment que des mesures plus consistantes doivent être prises. Là encore ils doutent de leur application considérant le niveau d’égocentrisme de la plupart des autorités haïtiennes.

Edver Serisier



Articles connexes


Afficher plus [5166]