S'identifier Contact Avis
 
26.67° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Bataille Trump vs Maduro : Haïti s’est encore engagé, mais à quel prix ?

Bataille Trump vs Maduro : Haïti s’est encore engagé, mais à quel prix ?








Haïti figure dans la liste des 18 pays qui ont voté contre le représentant de Nicolas Maduro au sein de l’Organisation des États américains (OEA). À l’aide de ce vote, le Conseil permanent de l’Organisation des États américains (OEA) a reconnu le représentant de l’opposant vénézuélien Juan Guaido comme ambassadeur du pays au sein de l’instance régionale, jusqu’à la tenue de nouvelles élections au Venezuela.

Gustavo Tarre, le diplomate désigné par le président auto-proclamé du Venezuela, Juan Guaido, est actuellement le nouveau représentant de la République Bolivarienne auprès de l’institution régionale. Cette adoption du Conseil permanent exclut automatiquement Samuel Moncada comme représentant permanent du Venezuela au sein de l’OEA. À l’issue d’un débat houleux, la résolution faisant de Gustavo Tarre le « représentant permanent désigné par Guaido, a été adoptée avec 18 votes pour neuf contre, six abstentions et une absence.

M. Tarre est à présent reconnu par l’OEA jusqu’à la tenue de nouvelles élections et la nomination d’un gouvernement élu démocratiquement, et l’institution demande à ce que le texte adopté mardi soit transmis au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. L’OEA refuse de reconnaître la légitimité de Nicolas Maduro. Dans la résolution, l’organisation statue que les nominations faites par Nicolas Maduro manquent de légitimité nécessaire par le fait que l’autorité présidentielle de Nicolas Maduro manque de légitimité.

Caracas n’a pas mis de temps pour réagir. En réaction à cette expulsion, le régime de Maduro accuse les États-Unis de soutenir un coup d’État dans le pays. C’est pour le régime socialiste, une décision visant à créer les conditions pour favoriser l’ingérence et la menace d’une intervention militaire américaine. Parmi les 18 pays ayant voté mardi en faveur de la nomination du représentant de M. Guaido au Conseil permanent de l’OEA figurent notamment les États-Unis, le Canada, la Colombie, le Brésil et surtout Haïti. D’autres pays comme Antigua-et-Barbuda, Bolivie, Dominique, Grenade, Mexique, Saint-Vincent-et-les- Grenadines, Surinam et Uruguay ont voté contre.

Décidément, l’administration de Jovenel Moïse n’entend pas faire marche arrière dans le cadre de ce dossier qui ne concerne pas Haïti véritablement. En renouvelant son appui à l’opposant de Nicolas Maduro, le pays aide automatiquement les États- Unis à atteindre ses prouesses hégémoniques dans la région. L’administration de Jovenel Moïse vient d’engager le pays dans un véritable conflit d’intérêts entre des puissances qui s’affrontent et s’alignent en fonction de leurs intérêts. S’il est vrai que la diplomatie est un jeu d’intérêt, alors à quel prix Haïti s’est engagé dans cette bataille aux côtés des États-Unis ?

Evens REGIS



Articles connexes


Afficher plus [5166]