S'identifier Contact Avis
 
36° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Nord-Ouest : lancement du programme multi sectoriel de sécurité alimentaire et nutritionnelle

Nord-Ouest : lancement du programme multi sectoriel de sécurité alimentaire et nutritionnelle








Sous la coordination de la direction départementale du ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE) et en présence des différents représentants des directions de services déconcentrés de l’État le programme multi sectoriel de sécurité alimentaire et nutritionnelle a été lancé officiellement, le mercredi 10 avril 2019, lors d’une cérémonie au Caciquat convention center à Port-de-Paix, cette semaine.

S’étendant sur le département du Nord-Ouest et sur la commune Gros-Morne dans l’Artibonite, le PMSAN contribue principalement au renforcement de la gouvernance intersectorielle de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au niveau national et départemental. Il assure également le régie et l’assistance technique (AT) ainsi que l’amélioration des conditions de sécurité alimentaire et nutritionnelle des plus vulnérables des zones d’intervention.

Suivant les objectifs spécifiques fixés par les agents d’exécution du programme notamment le MAST, MARNDR, MSPP, MPCE et les principaux donateurs, entre autres, la prévention et le traitement de la malnutrition aiguë ont été améliorés. Les filières de production, de transformation et de commercialisation rurales ont été renforcées. De surcroit, l’inclusion des plus pauvres dans les principaux secteurs de la vie nationale (agriculture, santé protection sociale) a été renforcée dans le cadre stratégique et programmatique.

Financé par l’Union européenne à hauteur de 4,000,000.00 euros (quatre millions), ce programme s’étendra sur une période allant de novembre 2022 au 30 avril 2023, selon la fiche technique préparée pour l’exécution.

La réduction de la proportion de la population qui souffre de la faim et de la malnutrition en Haïti, notamment dans le Nord-Ouest, selon le vœu des exécutants, est plus qu’une nécessité. Car, depuis nombre d’années, les cas de malnutrition enregistrés dans les communes du département du Nord-Ouest retiennent l’attention de plus d’un, plus encore des responsables d’organisations internationales. Ce qui a favorisé et légitimé la présence de multiples organisations non gouvernementales qui prétendent investir des millions de gourdes et de dollars dans des projets fantômes pour obtenir des résultats à courte durée. Alors que, la situation de misère de la majorité de la population Nord-ouesienne reste et demeure des plus critiques.

Depuis plus d’une décennie, après la CARE Haïti, environ une dizaine d’organisations non gouvernementales ont jeté leur base au bas Nord-Ouest, pourtant la vulnérabilité économique et financière des habitants s’aggrave de plus en plus.

Il est évident qu’il faut des interventions rapides de la part de l’État haïtien et de ses partenaires, par rapport à l’urgence qui s’impose et à la dégradation des conditions de vie de la masse paysanne. Cependant, tant que les problèmes ne s’adresseront pas en profondeur, le taux de malnutrition risque de prendre en valeur dans le Nord-Ouest. À noter que le Nord-Ouest regorge de ressources économiques qui n’attendent qu’à être exploitées en plus de sa capacité de production agricole, végétale et animale.

C’est pourquoi des organisations de base et de la société civile, des organisations de planteurs, des personnalités avisées, entre autres croient qu'à côté de la construction de la route Carrefour Joffre / Anse-à-Foleur, la construction d’un barrage sur les fleuves des trois rivières devait être prise en compte par le président Jovenel Moïse. Ce projet pourrait arroser des milliers d’hectares de terre fertile et cultivable dans les quatre communes du bas Nord-Ouest notamment Jean Rabel, Môle Saint-Nicolas, Bombardopolis et Baie-de-Haine. À partir de ce moment, la malnutrition ne sera qu’un mauvais souvenir dans ledit département.

Il faut souligner, alors qu’ils prétendent combattre la faim dans le Nord-Ouest, ce qui n’a jamais été le cas d’après les constats et les résultats, les ONG, avec leurs beaux bâtiments et leurs grosses voitures, pataugent dans le luxe. En fin de compte, ces ONG ne font qu’alimenter les problèmes pour rendre leur présence permanente dans le Nord-Ouest. Le malheur des paysans du bas Nord-Ouest fait le bonheur des ONG, à ce qu’il parait.

Marc Edy Ossam



Articles connexes


Afficher plus [5418]