S'identifier Contact Avis
 
26.67° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Inquiétante remontée de l’insécurité au Cap-Haitien

Inquiétante remontée de l’insécurité au Cap-Haitien








Des individus circulant à motos ont assassiné le mercredi 10 avril, au cœur du centre-ville du Cap-Haïtien, deux cambistes qui ont leur activité à la rue 14. Cela s’est passé aux environs de 17 heures. Les malfrats ont, en toute quiétude, quitté la ville, en emportant avec eux l’argent (dollars américains et gourdes), arraché de force des mains des victimes.

Josny Edmond et Ederne Moise, deux cousins ont été lâchement assassinés dans la deuxième ville du pays, ce mercredi. Josny Edmond a aussitôt rendu l’âme, alors qu’Ederne Moise, lui, est mort à l’Hôpital universitaire Justinien, a révélé le juge de paix de la section nord du Cap-Haïtien, Aristil Frito, qui en a procédé au constat légal.

Ces assassinats viennent rallonger la liste des victimes par balle dans la deuxième ville du pays, ce qui a soulevé l’indignation de nombreux citoyens de la ville. En moins de 72 heures, 3 personnes ont été assassinées. À noter que lundi, Frantz Dévil Saintil a été assassiné à Zo Vincent (entrée Sud de la ville du Cap-Haïtien) alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui.

Des citoyens se sont montrés très critiques vis-à-vis des autorités policières et judiciaires du Cap-Haïtien qui, selon eux, sont très passives face à la remontée de l’insécurité dans la commune, depuis le début de l’année 2019. « C’est du jamais vu, au moins 7 personnes ont été assassinées en 3 mois seulement », a déploré Jean Delavoix, un citoyen de la ville du Cap-Haitien.

La mairesse assesseure de la commune du Cap-Haïtien, Yvrose Pierre, exprime ses inquiétudes par rapport à la montée de l’insécurité dans la commune qu’elle dirige, et appelle à la conjugaison des efforts de tous les secteurs pour gérer cette situation qui inquiète les citoyens.

Soulignons que depuis un certain temps, des riverains de la ville du Cap-Haïtien ne cessent de tirer la sonnette d’alarme, concernant la prolifération des groupes armés qui opèrent à visière levée dans plusieurs banlieues de la ville. Des gens, pour la plupart des enfants, circulent avec des armes de gros calibre sous les yeux impuissants des autorités établies.

Une rencontre extraordinaire entre les différentes autorités de la ville devait avoir lieu, le mercredi 10 avril 2019, en vue de définir un plan stratégique visant à mettre ces bandits hors d’état de nuire. Conscient de l’augmentation des cas d’insécurité dans la ville, le directeur départemental Nord de la PNH, le commissaire divisionnaire Jackson Hilaire, rassure la population, des mesures urgentes seront prises pour ramener la ville au calme habituel.

Soulignons que, moins de 24 heures après l’assassinat des deux cambistes, le haut État-major de la Police nationale d’Haïti a opéré un changement à la tête du commissariat principal du Cap-Haïtien. Le commissaire Hugue Gabriel remplace Altis Max Vital qui lui-même a été transféré à la direction départementale Nord de la PNH.

Hervé Délima



Articles connexes


Afficher plus [5166]