S'identifier Contact Avis
 
36° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Économie forte et durable : le rêve du président

Économie forte et durable : le rêve du président








En février dernier, en Conseil des ministres, Jovenel Moise avait déclaré l’urgence économique sur tout le territoire national. Aujourd’hui, suite à sa participation au Forum Latina America du Panama, le président est déjà convaincu qu’il rendre l’économie du pays forte et durable, dans peu de temps.

Les grands forums économiques sont très souvent de grandes occasions pour certains leaders mondiaux de se rencontrer, partager l’expertise et nouer des relations diplomatiques et commerciales. Et, c’est aussi parfois l’occasion pour certains chefs d’État de rêver ou de nourrir des chimères. De toute évidence, il est illusoire de vouloir tout changer en un clic, sans aucune considération des paramètres de bonne gouvernance, sans lesquels le développement économique d’un pays serait utopique.

Après avoir participé au forum Latina America, à peine descendu de l’avion, le chef de l’État haïtien a tenu à raconter son séjour en concédant un ensemble de promesses et en faisant miroiter les possibilités de développement durable et de renforcement de l’économie haïtienne.

Après chaque participation à un forum international, Jovenel Moise sort toujours très motivé, très décidé à créer une économie forte et durable en Haïti. Comme si le développement économique en Haïti pourrait se résumer l’accumulation de rencontres avec les leaders économiques mondiaux lors des forums économiques internationaux. Le président a souligné qu’au cours de ce forum, il a partagé sa vision de créer en Haïti, une économie forte et durable. Et après ? Ça reste là, peut-être.

Haïti est toujours dans l’urgence économique, non ? Selon une enquête de la Banque mondiale auprès des ménages en Haïti, environ 6 millions d’Haïtiens vivent sous le seuil de la pauvreté, et plus de 2,5 millions sous le seuil de la pauvreté extrême (1,23 $ par jour). Ces chiffres concernent plus de la moitié de la population. Ce qui explique clairement cette économie à genou. Tous les indicateurs macro-économiques sont au rouge. La monnaie nationale continue de se déprécier, alimentant une inflation à deux chiffres (d’environ 15 %) et pénalisant davantage les ménages les plus pauvres.

Les statistiques publiées sur le site de la Banque mondiale, 6 jours avant le forum du Panama, montrent que le Produit intérieur brut (PIB) par habitant a été de 870 $ en 2018 et l’Indice de développement humain de 163 sur 188 pays en 2016.

C’est sans doute le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental. Arriver au stade d’une économie forte et durable ne sera pas chose facile. Cela ne peut pas se faire en se contentant uniquement de participer aux forums, rencontrer des leaders mondiaux, faire des promesses ainsi que des campagnes médiatiques afin de donner, à tout le monde, l’impression qu’on a vraiment une vision de propulser l’économie nationale au plus haut niveau. En lieu et place des discours, le chef de l’État haïtien devrait, au contraire, se mettre au travail en priorisant la bonne gouvernance. L’économie forte et durable est un concept intéressant à insérer dans les discours, mais il n’est pas aussi facile à atteindre.

Evens RÉGIS



Articles connexes


Afficher plus [5418]