S'identifier Contact Avis
 
27.78° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le Sénat transformé en champ de bataille

Le Sénat transformé en champ de bataille








Comme annoncé, la séance pour la ratification de la politique générale du Premier ministre Jean Michel Lapin a été reprise ce mardi 14 mai, au Sénat de la République. Cette partie de la séance s’est encore tenue sur une corde plus raide. Les deux parties (l’opposition et proche du pouvoir) n’arrivaient pas à s’entendre sur plusieurs points, notamment la question de ministres avec deux portefeuilles dans le gouvernement.

Au moins quatre personnalités du gouvernement ont obtenu deux portefeuilles ministériels. En plus de Jean Michel Lapin qui s’est octroyé également le portefeuille de la Culture et de la Communication, Ronald G. Décembre s’est vu confier les portefeuilles des Finances et de la Planification. Guy François Junior détient ceux du Tourisme et des Haïtiens vivants à l’étranger. Jean Roudy Aly garde son portefeuille de la Justice et rafle du même coup celui de la Défense, alors que Josué Agénor Cadet compile le portefeuille de l’Éducation nationale et celui de la Jeunesse des Sports et de l’Action civique.

Si pour le cas du Premier ministre, Jean Michel Lapin, l’article 162 de la Constitution amendée de 1987 est clair sur la question, la situation inédite des autres ministres avait bloqué la séance. Le débat était très animé. Entre des arguments bien ou mal fondés, des contre-arguments nécessaires ou pas, des heures de temps ont passé, et l’assemblée des sénateurs étaient dans l’impossibilité de franchir ce point, le deuxième dans l’ordre du jour. La séance était restée bloquée à ce niveau. Sans toutefois oublier de rappeler qu’il a fallu au moins deux heures pour vérifier la loi sur la fonction publique du 17 mai 2007 afin d’essayer de faire la différence entre fonction publique et emploi dans un premier temps, et entre indemnités et salaire dans un deuxième temps.

Les proches du pouvoir en place défendaient du bec et des ongles le bien-fondé de la démarche. Pourtant, ce n’était pas le cas chez les sénateurs de l’opposition qui réclamaient la suspension de la séance afin que le Jean Michel Lapin ait le temps de se conformer aux prescrits de la loi. Ils réclamaient la présence d’une personnalité distincte à la tête de chaque ministère. Ils ont par ailleurs réclamé la présence de tous les membres du cabinet ministériel à la séance de ratification de la politique générale du Premier ministre. Ce, afin de rappeler à l’ordre Jean Roudy Aly qui ne cesse de fuir le sénateur Antonio Cheramy qui avait menacé de le mettre à la porte s’il ose mettre les pieds au Sénat de la République.

Après plus d’une heure de suspension de la séance, le président Carl Murat Cantave a tenté de passer en force en tranchant que l’arrêté présidentiel est conforme avec la loi puisqu’il respecte les exigences de 18 ministères, mais en ce qui a trait au nombre de ministres, aucun texte de loi n’a jamais statué là-dessus. Dès lors, il a invité le Premier ministre à présenter l’énoncé de sa politique générale. Les sénateurs de l’opposition ont physiquement empêché à Jean Michel Lapin de gravir l’estrade pour sa présentation. Ce passage en force avait occasionné une fois de plus la suspension de la séance.

Mais le pire allait venir avec la bagarre généralisée déclenchée au Sénat de la République. Situation confuse et à la limite indescriptible avec des chaises, des microphones lancés par les belligérants, sénateurs proches du pouvoir ou dans l’opposition qui en sont venus aux mains. Des journalistes sont victimes dont notre collaboratrice Edlène Vernal. Les sénateurs du Sud-Est, Joseph Lambert et Ricard Pierre ont été des acteurs de premier plan de ce pugilat.

Evens REGIS



Articles connexes


Afficher plus [5549]