S'identifier Contact Avis
 
27.78° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Gonaïves : le collectif des citoyens Gonaïviens manifeste contre l’insécurité

Gonaïves : le collectif des citoyens Gonaïviens manifeste contre l’insécurité








Des entreprises de la ville des Gonaïves ont fermé leurs portes les lundi 13 et mardi 14 mai 2019 pour observer les deux journées de grève lancées par Gonaïves business union (GBU) en réponse à l’insécurité grandissante dans la ville depuis plusieurs semaines. Ce mercredi 15 mai 2019, à l’initiative du collectif des citoyens Gonaïviens, les citoyens de la ville ont marché pacifiquement pour marteler le slogan : « Gonayiv p ap obeyi ak bandi ». Un signal fort qui justifie, une fois de plus, la grande réputation de la ville intraitable quand elle doit se défendre face au danger.

Cette marche qui a débuté aux environs de 10 h sur la place d’armes des Gonaïves a sillonné tous les hauts lieux de la ville. Pendant leur parcours, plusieurs messages spécifiques ont été divulgués sur la place d’armes et aux micros des journalistes présents. Peu après dans la matinée, une nouvelle branche de manifestation, qui s’est rassemblé à Carrefour bassin, a renforcé l’autre groupe après avoir déposé des fleurs devant la maison de Philippe Jean (Pipo) assassiné la semaine dernière.

La population, dans toutes ses composantes, qui a répondu à l’appel, veut ouvrir la voie à une nouvelle forme de résistance populaire et citoyenne dans le pays, qui glisse petit à petit vers un État voyou.

Charlito Louissaint, l’un des organisateurs, a rappelé que l’objectif de la marche est de faire pression sur les autorités afin de les contraindre à prendre leur responsabilité vis-à-vis de la population. Il interpelle tour à tour le commissaire du gouvernement, le chef de la Police et le maire de la ville afin de renforcer les actions pour mettre hors d’état de nuire tous les commanditaires des actes de banditisme et insiste sur le fait qu’il ne doit pas y avoir d’habeas corpus pour les coupables.

Toutefois, sans donner de date, les marcheurs sont prêts à regagner les rues tant que la pique d’insécurité ne soit pas réprimée dans toute sa dimension.

Lesly Succès



Articles connexes


Afficher plus [5549]