S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Cayes : la tension augmente pour exiger le départ du président

Cayes : la tension augmente pour exiger le départ du président








Les mouvements de manifestation s’intensifient dans la métropole Sud du pays. Au cours d’une troisième journée de manifestation, ce mardi 11 juin 2019, les manifestants se sont montrés plus violents et plus déterminés à obtenir la démission du président.

Déplorant le niveau de pauvreté qui s’abat sur le pays, la corruption qui bat son plein dans le système et le laxisme des autorités face à ces fléaux, les manifestants ont, pour une troisième fois, occupé les rues de la troisième ville du pays, Les Cayes, pour exiger le départ du président de la République et le changement de ce système dont ils se disent fatigués.

Cette fois-ci, les manifestants se sont attaqués aux écoles empêchant le déroulement des examens de la dernière étape. Des jets de pierre étaient remarqués ça-et-là dans certains endroits de la ville des Cayes. Les magasins et les écoles en étaient les principales cibles.

Par ailleurs, les barricades se sont multipliées : des pneus enflammés, des pierres, des carcasses de véhicule et des débris de tout genre ont donné à la ville des Cayes l’allure d’une ville défigurée. Même des motocyclettes ont, à un certain moment de la journée, eu du mal à circuler dans certaines zones donnant accès à la ville.

Motivés, les manifestants disent vouloir, à tout prix, provoquer le départ du président Jovenel Moïse. Selon eux, le chef de l’État a beaucoup contribué à ce que le pays confronte ces derniers jours. Promesses fallacieuses, accusation de détournement de fonds suivant le rapport de la Cour des comptes et du contentieux administratif sont, entre autres, ce que les manifestants reprochent au président de la République. Ainsi, exigent-ils, que le procès, Petrocaribe se réalise.

« Le départ du chef de l’État est le seul moyen de trouver une sortie à la crise sociopolitique et économique à laquelle est confronté le pays », soulignent certains manifestants. Ces derniers renouvèlent leur volonté d’occuper le béton jusqu’à ce qu’ils trouvent satisfaction à leur revendication qui n’est autre que la démission du chef de l’État.

Entretemps, les activités scolaires, malgré que l’année touche à sa fin, sont paralysées. Idem pour les activités commerciales dont les prix des produits de première nécessité sont déjà au point culminant.

Face à cette conjoncture, les inquiétudes ne font qu’augmenter au sein de la population et le quinquennat du président Jovenel Moïse au pouvoir est de plus en plus menacé surtout face à une population frustrée et fatiguée du système actuel.

Edver Serisier



Articles connexes


Afficher plus [5812]