S'identifier Contact Avis
 
26.11° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La presse haïtienne endeuillée par la mort de Pétion Rospide

La presse haïtienne endeuillée par la mort de Pétion Rospide








La presse est redevenue une cible pour les prédateurs de tous bords en Haïti et cette situation inquiète. Ainsi, dans la soirée du lundi 10 juin, le journaliste Pétion Rospide de la Radio sans fin (RSF) a-t-il été assassiné par des hommes armés après avoir animé l’émission « Ti bat bouch ».

Une nouvelle victime dans le camp de la presse haïtienne. Le journaliste Pétion Rospide de la Radio sans fin (RSF) a rendu l’âme, le lundi 10 juin, aux environs de 20 h après avoir été criblé de balles dans les périphéries de Portail Léogâne. L’animateur de l’émission « Ti bat bouch » n’a pas pu être transporté à l’hôpital afin de recevoir les soins nécessaires. Il a succombé rapidement à ses blessures.

Au moment de clôturer l’émission « Ti bat bouch » qu’il animait avec Obenson Joseph, le lundi 10 juin, Pétion Rospide avait pris rendez-vous avec son auditoire pour le lendemain, pourtant il ne savait pas que c’était sa dernière émission. Il a voulu apporter sa contribution à la prise de conscience citoyenne capable de favoriser le pays à se converger vers le chemin du progrès et du développement. Il n’a jamais hésité à asseoir ses analyses et ses interventions sur la raison dictée par les lois de la République. « Li te toujou ap bat bouch li pou byen peyi a menm si l te konn resevwa anpil menas ».

Encore une nouvelle victime au sein de la corporation des journalistes qui, malgré les difficultés, prennent des risques pour informer et accompagner la population haïtienne dans la quête d’une vie meilleure. Pétion Rospide s’en va. Il va rejoindre Jean Léopold Dominique, Jacques Roche, Bruniol Lindor, Vladjimir Legagneur et autres collègues lâchement assassinés par l’escadron de la mort programmée de ce pays. La justice haïtienne doit profiter de cette occasion pour renaitre de ses cendres. L’enquête doit aboutir cette fois-ci.

Une journée triste pour la presse

Au cours de la journée du 10 juin, la radio télé Ginen (RTG) a été saccagée par des manifestants en colère après la tuerie d’un motard à Carrefour aéroport par un véhicule transportant des agents de l’USGPN. Les autres motocyclistes ont suivi le véhicule jusqu’à son domicile à Delmas 31. Ce qui a causé une manifestation spontanée dans les rues de Delmas 31. Au passage de la foule tout près des locaux de la RTG, certains individus ont mis le feu dans plusieurs véhicules de ce média qu’il qualifie de proche du pouvoir en place.

Entre autres, plusieurs journalistes ont été aussi l’objet d’attaque de la PNH. En effet, pendant qu’un journaliste de la Radio télé Zénith diffusait en direct des infos, des agents de l’USGPN ont fait des tentatives d’intimidation sur les travailleurs de la presse présents sur les lieux à Delmas 31. Après la solidarité des journalistes, les agents ont été obligés de se rétracter dans leurs décisions.

S’il est vrai que la Constitution haïtienne, en son article 28.1, accorde droit aux journalistes d’exercer librement sa profession dans le cadre de loi, cependant l’État haïtien ne prend pas des décisions concrètes pour faire respecter cette disposition. Des agents de la PNH aux individus illégalement armés, les journalistes sont exposés à toute sorte d’actes attentatoires à la vie humaine et aux doits humains.

Woovins St Phard



Articles connexes


Afficher plus [5431]