S'identifier Contact Avis
 
26.11° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Jovenel Moïse fait la leçon à ses opposants

Jovenel Moïse fait la leçon à ses opposants








À l’occasion du 24e anniversaire de la Police nationale d’Haïti (PNH), le président de la République, Jovenel Moïse, a prononcé un discours teinté de provocations à l’endroit des manifestants qui le fragilisent depuis l’année dernière par les différents mouvements de protestation. Une seconde fois, le chef de l’État a fait la leçon à ses opposants, les invitant à prendre la voie des élections s’ils veulent conquérir le pouvoir.

C’est un discours qui peut soulever encore plus la colère de la population qui réclame le départ du chef de l’État. Jovenel Moïse se dit conscient que le pays est dans l’impasse, mais il n’entend pas faire marche arrière devant ses opposants. Le chef d’État a voulu bien faire comprendre à ceux et celles qui réclament son départ que la crise ne date pas d’hier et qu’elle existe depuis des années, avant son accession au pouvoir.

Le système actuel, déclare le chef de l’État, est à la base de la mauvaise situation socio-économique du pays. Le président a indiqué que le système a la capacité de changer les victimes en bourreau et les bourreaux en innocent. Et c’est ce qu’il est en train de vivre ces derniers moments. Mais par contre, il s’estime heureux de voir que les jeunes comprennent la nécessité d’un changement profond dans le système économique, politique et social du pays.

De manière implicite, le président a tiré à boulets rouges sur ses opposants radicaux, en soulignant que l’instabilité, le déchoucage c’est le plus grand moyen qu’utilise ce système pour se reproduire, à chaque fois quelqu’un le remet en question. Ce, dans l’idée de faire quoiqu’il mène actuellement une lutte contre ce système. « La situation est compliquée. Les dossiers sont complexes. Mais je n’abandonne pas la lutte au profit des hommes qui protègent ce système », a-t-il déclaré.

Jovenel Moïse accuse l’UCREF et la Cour des comptes

Le président de la République a ouvertement accusé les juges de la Cour des comptes ainsi que les enquêteurs de l’Unité centrale de renseignement financier (UCREF). Pour lui, ce sont des rapports montés de toutes pièces afin de le fragiliser et l’empêcher de mener la lutte contre la corruption. Ainsi, le président, qui au départ était favorable à une enquête de la Cour des comptes, a-t-il renouvelé son engagement pour continuer la bataille en reformant quelques secteurs et éviter l’affrontement.

Jovenel Moïse se dédouane des dossiers de corruption dans lesquelles il est épinglé. Le PDG d’Agritrans a fait remarquer qu’il n’a jamais été un corrompu et qu’il ne le sera jamais. Ses adversaires, protestent-ils, sont en train d’utiliser les réseaux sociaux pour vilipender ses actions et stratégies, dont la Caravane du changement, à travers laquelle il est en train d’effectuer des efforts de changements.

Dans son discours, Jovenel Moïse a en outre fait savoir que la situation sociopolitique actuelle nécessite un dialogue profond afin d’arriver à un compromis sur la gouvernance du pays. Car, souligne le chef de l’État, les problèmes du pays sont plus compliqués qu’on le pense. En ce sens, il invite la justice à faire son travail, à enquêter de façon à aboutir à un procès juste, équitable, sans persécutions de politiques.

Par ailleurs, le président, qui ne jouit du support d’aucun secteur, mis à par de la communauté internationale, a profité de l’occasion pour inviter ses adversaires politiques, notamment ceux et celle faisant partie de l’opposition radicale, l’élite économique et intellectuelle, les groupes organisés, à mettre ensemble toutes les propositions de sortie de crise autour de la table du dialogue afin d’adopter une solution favorable au pays.

Evens REGIS



Articles connexes


Afficher plus [5431]