S'identifier Contact Avis
 
23.31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Poursuite de la mobilisation aux Gonaïves

Poursuite de la mobilisation aux Gonaïves








Avec la même détermination, des groupes de manifestants ont foulé le macadam pour une énième fois. L’objectif n’a pas changé. Les protestataires tiennent mordicus à la démission ou au départ forcé du président de la République, Jovenel Moise...

Encore une fois, les protestataires ont manifesté avec fracas dans les rues de la cité. Très en colère, ils ont utilisé tous les moyens pour bloquer les rues et paralyser les activités au niveau du Centre-ville. Ces derniers se sont montrés de plus en plus hostiles contre le chef de l’État. Affichant toujours un comportement violent et agressif, les protestataires n’entendent pas lâcher prise.

Dans les prochains jours, la mobilisation anti gouvernementale va atteindre une autre phase, c’est ce qu’a annoncé l’un des chefs de fil. Pour renverser le régime Tèt Kale, Doncliff Adrien, étudiant de l’université publique de l’Artibonite aux Gonaïves, a encouragé la population à rester mobilisée. Déterminé, l’étudiant militant n’écarte pas la possibilité de refaire 2004 afin de contraindre l’élu du PHTK d’abandonner le pouvoir.

« Les examens officiels ne seront pas possibles dans la cité de l’Indépendance avec la présence de M. Moise au Palais national », a avancé Doncliff Adrien qui est très clair là-dessus. Depuis tantôt cinq jours, la ville des Gonaïves vibre au rythme de la mobilisation avec surtout des manifestations spontanées. Cette situation affecte en quelque sorte tous les secteurs, a-t-on constaté. Pourtant, les autorités de la place gardent jusqu’à présent un profil bas.

Dieulivens JULES



Articles connexes


Afficher plus [5945]