S'identifier Contact Avis
 
29.21° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Les employés de la délégation de l’Ouest réclament 24 mois d’arriérés de salaire

Les employés de la délégation de l’Ouest réclament 24 mois d’arriérés de salaire








Après plusieurs semaines de protestation pour réclamer leurs 24 mois d’arriérés de salaires, des employés de la délégation départementale de l’Ouest ont entamé, le lundi 8 juillet, une grève de faim pour interpeller les plus hautes autorités sur leur situation. Les protestataires veulent aller jusqu’au bout dans leurs démarches pour obtenir satisfaction.

Une énième institution publique dans la tourmente de la grève. Après plus de deux ans qu’ils n’ont pas reçu leurs salaires, les employés de la délégation départementale de l’Ouest ont décidé depuis plusieurs semaines de rentrer en grève. En poste depuis le mois de mai 2017, les protestataires n’ont pas encore reçu un mois de travail, tandis qu’ils accomplissent quotidiennement leurs tâches au sein de cette institution. Ainsi, les employés de cette entité placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT) et dirigée par le délégué départemental, veulent-ils appeler les plus hautes autorités à la raison. En conséquence des démarches administratives entamées dès octobre 2017 révélées vaines, les employés ont passé à une autre phase dans leur mouvement.

Assiégeant les locaux de l’institution il y a de cela une semaine, les employés de la délégation départementale de l’Ouest entendent faire retentir leurs cris de détresse aux oreilles des autorités du pays, notamment du président de la République, Jovenel Moise, qui est le garant de la bonne marche des institutions. Entre autres, pour manifester son mécontentement et son impatience, le responsable de l’Éducation dans la délégation, Adonis Rénel et d’autres cadres ont débuté une grève de faim sans limites sous la responsabilité des plus hautes autorités. Ces protestataires promettent d’aller plus loin si rien n’est fait pour les restituer les vingt-quatre mois d’arriérés de salaire.

Selon les employés, ce mouvement de protestation est un cri de désespoir et de détresses qu’ils veulent lancer aux décideurs politiques et à l’opinion publique. « Nous sommes dans l’incapacité de payer l’écolage de nos enfants, le loyer de nos maisons et de répondre à nos besoins économiques d’une manière générale », ont affirmé les employés. Ils ont indiqué que cette situation a mis de la division dans leurs familles et leurs foyers. Toutefois, ils appellent à la volonté politique pour apporter une réponse favorable à leurs cas qui ne peuvent plus attendre encore, selon eux.

Ayant à sa tête un délégué qui est l’homme politique du département qui représente l’Exécutif, la délégation départementale a la responsabilité de surveiller la mise en œuvre locale des politiques de l’action gouvernementale. Elle joue un rôle politique et administratif sur l’espace géographique du département. En fait, sur l’ordre du délégué, la délégation se fait le premier responsable du suivi des décisions gouvernementales, animateur ou coordonnateur attitré des activités publiques dans son aire d’intervention et enfin gardien vigilant de l’intérêt général.

Woovins St Phard



Articles connexes


Afficher plus [5536]