S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Grève du Syndicat des greffiers d’Haïti au Parquet de Petit-Goâve

Grève du Syndicat des greffiers d’Haïti au Parquet de Petit-Goâve



Le Syndicat des greffiers d’Haïti (SYGH) observe une grève depuis le lundi 15 juillet 2019, pour réclamer justice pour leur collègue, Enie Martin, frappé par un policier au parquet de Petit-Goâve, le 13 juillet dernier.


À Petit-Goâve comme à Port-au-Prince, les membres du Syndicat des greffiers d’Haïti observent un arrêt de travail depuis ce 15 juillet 2019, dans le but de ramener la justice à sa responsabilité par rapport au greffier Enie Martin, bastonné le 13 juillet dernier par un agent de Police.

Le président du Syndicat des greffiers, Grégory Avril, qualifie cet acte de barbarie, arguant que la Police nationale a plutôt le devoir de protéger les biens et la vie de chaque citoyen, non pas de projeter des comportements malsains.

« Il est inconcevable, que les policiers qui sont censés délégués pour garantir la protection et de vie et bien de chaque individu, arrive à afficher de genre de barbarie », dénonce le greffier, relatant toutefois que les policiers ne mettent pas en application la déontologique du métier qu’ils exercent.

Par ailleurs, sans préciser les premières causes de cette contestation en justice, Grégory Avril appelle au respect de chaque citoyen par toutes les autorités nationales, quel que soit son statut.

Le président des Syndicats de greffiers, Grégory Avril, informe de plusieurs mesures judiciaires déjà entreprises de leur côté pour que justice soit rendue à leur collègue, telle une plainte déjà déposée au parquet de Petit-Goâve.

Il espère, toutefois, que des suivis soient portés sous peu au dossier de la victime.

Moise Saint-Eloi




Articles connexes


Afficher plus [6126]