S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Incendie au local de la mairie de Baie-de-Henne

Incendie au local de la mairie de Baie-de-Henne



Des individus non identifiés ont incendié les locaux de la mairie de Baie-de-Henne dans la nuit du 15 au 16 juillet 2019, des informations confirmées par le directeur général de l’institution, M. Saint Far Fadner. « Ce mardi seize juillet, il était à peine huit heures, je m’apprêtais à sortir, quand on m’a informé de l’incident. Je me suis rendue vite fait sur les lieux, et j’ai constaté les dégâts. Fort heureusement, tout le bâtiment n’a pas été réduit à néant », a-t-il témoigné. Le DG de la mairie de Baie-de-Henne a, toutefois, condamné cet acte criminel visant, selon lui, à boycotter le bon fonctionnement de l’institution, en dépit des efforts consentis par l’actuel conseil municipal en vue d’apporter certains changements au niveau de la commune.


Même lorsque les auteurs de cet acte odieux ont commis leur forfait sous le couvert de l’anonymat, le directeur général a, pour sa part, indexé un groupe de présumés bandits opérant dans la commune, dont le citoyen Jean Price Saint-Breux serait le chef de file. Ce dernier est notoirement connu pour ses actions malveillantes, selon M. Saint-Far. « Préalablement, ces individus avaient vandalisé l’enceinte des locaux de la mairie et ont emporté au passage des chaises et d’autres matériels de l’institution. Ils ont également saccagé le bâtiment logeant le tribunal de paix de Baie-de-Henne », a dénoncé le DG de l’institution, affirmant que le commissaire du gouvernement de Port-de-Paix, Me Jean Volney Bellamin, détient déjà tous les procès verbaux des actions antérieurement perpétrées.

Par ailleurs, le directeur général de la mairie de Baie-de-Henne en a profité pour dénoncer les difficultés rencontrées pour dresser le procès-verbal de l’incident produit dans la nuit du 15 juillet, par rapport au mauvais fonctionnement du système judiciaire dans la commune. « Nous avons passé plus de deux heures avant de trouver le service de police qui devait pourtant accompagner le juge de paix. Malheureusement, même après tout ce temps, aucun greffier n’a pu se libérer pour rédiger le procès-verbal », s’exclame M. Saint-Far. Pourtant, dit-il, parmi les quatre greffiers nommés au tribunal de paix de Baie-de-Henne, trois d’entre eux reçoivent leurs salaires mensuellement, ce, pour des services non rendus. « Il est du ressort des hautes autorités judiciaires dans ledit département de prendre les mesures administratives contre ces employés (greffiers), afin qu’ils remplissent leur tâche convenablement », a souhaité le directeur général de la mairie de cette commune.

Un appel solennel est aussi lancé au commissaire du gouvernement de Port-de-Paix en vue de s’atteler de manière à freiner les actes de banditisme à Baie-de-Henne. Depuis un certain temps, la commune serait livrée entre les mains des bandits qui font leurs lois. Les policiers affectés au sous-commissariat sont non seulement peu nombreux, mais surtout impuissants, d’après les déclarations du DG. « Ce groupe d’individus avait fermé les portes du tribunal de paix de la commune pendant plus d’un mois. Ils n’obéissent pas aux ordres des forces de l’ordre. Personne ne peut faire échec à leurs mauvais dessins », a-t-il expliqué. C’est pourquoi, préoccupé par cette situation, le directeur général de la mairie croit que le chef du parquet de Port-de-Paix a son mot à dire, celui de mettre ces présumés bandits hors d’état de nuire.

Soulignons que le citoyen Jean Price Saint-Breux, accusé par le DG de la mairie de Baie-de-Henne a été libéré de garde à vue, la semaine dernière, peu avant l’incarcération du maire principal de la commune, Ilercé Joseph Tertius, sous les ordres du substitut du commissaire du gouvernement, Me Julbert Saintel. Le maire avait préalablement déposé plainte contre Saint-Breux par-devant le commissaire en chef du parquet de Port-de-Paix. Et, c’était sur cette base que la police l’a appréhendé. Cette humiliation du maire Ilercé semble être une décision partisane, puisque certaines informations issues de sources combinées feraient croire que le citoyen Jean Price Saint-Breux et le substitut appartiennent tous les deux à la même famille politique.

Marc Edy Ossam




Articles connexes


Afficher plus [6126]