S'identifier Contact Avis
 
29.35° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Port-de-Paix : première condamnation des assises criminelles avec assistance de jury

Port-de-Paix : première condamnation des assises criminelles avec assistance de jury








Itolien Jeantima, âgé d’une trentaine d’années, a été condamné à quatre ans d’emprisonnement avec circonstances atténuantes, lors des audiences criminelles comptant pour la première journée des assises criminelles avec assistance de jury, le lundi 15 juillet 2019.

Le verdict du président de la cour criminelle, Me Yves Mary Périclès, a été prononcé après délibération des membres du jury, condamnant le détenu pour le meurtre de Kenley Fils-Aimé et d’Elinès Fils-Aimé. Alors que les autres inculpés dans ce même dossier (Calixte Anatin et Bercy ainsi connu) sont en cavale. Pourtant, le tribunal criminel a décidé de renvoyer en queue de session, les audiences qui ont été prévues pour le mardi 16 juillet, où les nommés Chansy Moi-même et Henry Jean Mary devaient comparaître par-devant leur juge naturel pour répondre aux accusations de meurtre sur Dosny Alcéus, d’après une ordonnance de renvoi du juge d’instruction Attsim Garçon.

« Nous pouvons dire que les deux premières journées des assises criminelles ont été bouclées avec satisfaction. Car, jusqu’ici, tout se déroule plutôt bien au Palais de justice de Port-de-Paix. Les jurés, les juges et les parquetiers (le ministère public) sont tous mobilisés pour la pleine réussite des audiences », a déclaré le chef du parquet de Port-de-Paix, Me Jean Volney Bellamin. Selon le calendrier émané du décanat et du parquet, environ neuf dossiers seront traités à la cour criminelle. « Le meurtre et l’assassinat sont les deux principaux chefs d’accusation de cette session d’assises criminelles avec assistance de jury », a précisé le commissaire du gouvernement de Port-de-Paix, au terme de la deuxième journée des activités.

Cependant, les neuf cas qui seront entendus sont nettement insignifiants par rapport au nombre de détenus placés en détention préventive prolongée à la prison civile de Port-de-Paix, où les conditions hygiéniques sont précaires. Après le transfert de quatre-vingt-dix-neuf détenus à Fort-Liberté au mois de janvier dernier, le répertoire de l’APNA compte pour l’heure seulement 33 détenus, selon le chef de la poursuite. Alors qu’en réalité, la prison civile de Port-de-Paix a maximisé plus de trois cents détenus. Toutefois, le commissaire du gouvernement de Port-de-Paix se propose d’agir à cet effet. « Après cette session d’assises criminelles avec assistance de jury, le parquet et le tribunal de Première instance de Port-de-Paix poursuivront avec les dossiers sans assistance de jury, en vue de réduire considérablement le nombre de détenus en attente de jugement », a-t-il soutenu.

Toutefois, le jugement criminel qui retient le plus l’attention du public dans ce calendrier est le dossier du meurtre de l’ex-journaliste correspondant de la Radio Vision 2000 à Port-de-Paix. Le professeur Rock Benson qui a été tué par balle dans la nuit du 2 octobre 2012. Accusé d’auteur du meurtre de Benson, le nommé Marcel Saintil a été condamné à perpétuité, lors du déroulement d’une session d’Assise criminelle au palais de justice de Port-de-Paix, depuis plusieurs années. Cependant, suite à une décision de la Cour de cassation, le détenu est appelé à revenir à la barre, le mercredi 24 juillet 2019, estimant ainsi que la décision qui a été prise par le juge d’alors mérite d’être réévaluée par d’autres magistrats. La Cour de cassation a aussi ordonné qu’aucun magistrat, ayant cautionné la première décision, ne prenne siège lors des audiences criminelles qui se tiendront le mercredi 24 juillet, selon les précisions du commissaire du gouvernement de Port-de-Paix.

Soulignons, des personnes présentes lors de cette séance ayant conduit à la condamnation à perpétuité du nommé Marcel Saintil, aucun n’avait pu digérer cette décision. Certains estimaient qu’il s’agissait d’un règlement de compte d’un ou des magistrats dans l’adoption de cette décision. Donc, il faudra attendre le dénouement des audiences prévues pour le mercredi 24 juillet 2019 pour confirmer l’ancienne décision ou pour accoucher une autre qui conduira peut-être à une réduction de peine ou à la libération de l’accusé Marcel Saintil. Il faut noter que c’est le juge de siège, Me Adaguste, qui est nouvellement désigné par le décanat du TPI de Port-de-Paix pour présider la prochaine cour criminelle.

Marc Edy Ossam



Articles connexes


Afficher plus [5665]