S'identifier Contact Avis
 
29.35° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
L’insécurité alimentaire, de plus en plus préoccupante

L’insécurité alimentaire, de plus en plus préoccupante








Les préoccupations se multiplient au sein de différents secteurs de la métropole du Sud sur l’insécurité alimentaire qui touche toutes les régions du pays. Des citoyens exhortent les autorités à prendre des décisions calculées pour juguler ce fléau.

La situation va de mal en pis pour certains membres de la population sudiste, notamment ceux des quartiers défavorisés. Ces derniers, en grande partie, ne font que constater en situation grave d’insécurité alimentaire alors que les chances de trouver un moyen pour remédier à leur situation précaire s’amincissent. Cette situation préoccupante pousse de nombreux leaders d’opinion à questionner le phénomène d’insécurité alimentaire au regard de différentes théories. Ils en profitent pour exhorter les autorités du pays.

C’est le cas de l’économiste, Etzer S. Émile qui, durant son passage dans le Sud, a invité les responsables à mener des politiques de création d’emploi. Il affirme que les projets de distribution de produits alimentaires que le gouvernement entreprend à chaque fois que des cris de faims surgissent dans certaines catégories de la population ne peuvent, en aucun cas, améliorer voire résoudre le problème d’insécurité alimentaire. Etzer Émile déclare, par ailleurs, que cela doit faire l’objet d’un projet économique d’envergure basé sur le moyen ou le long terme. Ce qui, ajoute-t-il, fera appel à plusieurs autres facteurs.

Le doyen de la faculté d’agronomie de la American University of the Caribbean des Cayes, Arsène Similien, de son côté, a mis l’accent sur le pouvoir d’achat des membres de la population qui est très faible voire inexistant pour certaine catégorie de personne. Il cite, entre autres, des problèmes liés à la dégradation de l’environnement, à la pauvreté et à la croissance économique qui, selon lui, entravent l’accès à la nourriture de beaucoup d’haïtien.

Agronome Arsène Similien martèle que l’insécurité alimentaire ne peut pas se réduire à un simple problème de production agricole. Il prend en exemple beaucoup de pays dont la capacité agricole est très faible alors que les habitants ont de quoi se procurer des produits alimentaires nécessaires ; ce, grâce à leur pouvoir d’achat. Il revient, dit-il, à l’État de mener des politiques socio-économiques et environnementales afin de trouver un palliatif à ce fléau et d’inciter le changement.

Toutefois, le pire est à craindre, car la pauvreté, la corruption, les conflits, la dégradation de l’environnement, les entraves au commerce, le niveau d’éducation faible de la population et la croissance démographique démesurée comme causes de l’insécurité alimentaire sont, selon les citoyens, monnaie courante en Haïti.

Edver Serisier



Articles connexes


Afficher plus [5665]