S'identifier Contact Avis
 
29.37° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Qu’en est-il du processus de ratification de Fritz William Michel ?

Qu’en est-il du processus de ratification de Fritz William Michel ?








Silence absolu autour de la ratification du Premier ministre nommé Fritz William Michel. Le Premier ministre désigné a la confiance du chef de l’État. Il a déjà fait le dépôt de ses pièces à la chambre des députés, mais le dossier semble bloqué. Et on a l’impression que Fritz William Michel n’est plus dans l’actualité politique, ces derniers temps.

Fritz William Michel qui a fait le dépôt de ses pièces à la Chambre des députés depuis le 24 juillet dernier est en attente d’invitation pour la présentation de sa Déclaration de politique générale. C’était environ 48 heures après sa nomination comme nouveau Premier ministre qu’il avait fait le dépôt de 21 documents au bureau de la Chambre des députés. À ce moment-là, tout allait si vite. Dans moins de 72 heures, le pays a eu droit à la démission de Jean Michel Lapin, la nomination de Fritz William Michel et le dépôt des pièces de ce Premier ministre fraîchement nommé.

Depuis le dépôt des pièces, le processus de Fritz William Michel est comme gelé. On n’en parle presque pas. Ce silence est observé surtout après le scandale de tweet dont l’équipe de M. Michel tentait vainement de justifier. Toujours pas d’invitation pour le Premier ministre nommé et son cabinet au Parlement. Aucune date prévue pour la présentation de l’énoncé de politique générale du Premier ministre. La tenue de cette séance a été conditionnée par les députés de l’opposition qui réclamaient d’abord la réalisation de la séance de mise en accusation du président de la République.

Il est vrai que les chances sont minimes, mais si les députés arrivent à mettre Jovenel Moïse en accusation pour de bon, le dossier Fritz William Michel sera définitivement clos avec une destitution éventuelle du chef de l’État. Fritz William Michel est tout simplement un Premier ministre nommé. Jusqu’à date, le cabinet en fonction est celui de Jean Henry Céant. Jean Michel Lapin, Premier ministre de facto, est encore en poste comme chef de gouvernement intérimaire qui a remplacé Jean Henry Céant après le spectacle de la Chambre des députés en mars dernier.

Depuis ce vote de censure, Jean Michel Lapin fait office de chef de gouvernement. Et malgré la nomination de Fritz William Michel, Lapin est encore aux côtés du président de la République dans toutes les activités officielles. Ce dernier avait été nommé Premier ministre a.i pour uniquement un mois. Il avait été confirmé au poste quelques temps après, mais n’a jamais pu faire voter sa déclaration de politique générale par les deux chambres du Parlement. Pourtant, il est encore Premier ministre. C’est une réalité politique qui n’est insérée dans aucun chapitre de la Constitution en vigueur.

Logiquement, c’est le Trésor public qui en paie les frais. Étant un Premier ministre désigné en quête de sa bénédiction au Parlement haïtien, Fritz William Michel est sans surprise déjà en train de jouir des privilèges. Jean Michel Lapin, Premier ministre a.i, nommé et démissionné sans être ratifié, garde sans aucun doute ses privilèges. À chacun de ces premiers ministres, une équipe (consultant, responsable de communication, etc.). Tout ceci, aux frais du trésor public, alors que personne ne sait quand on aura réellement un gouvernement légitime.

Evens REGIS



Articles connexes


Afficher plus [5665]