S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Rentrée des classes : une première tentative échouée

Rentrée des classes : une première tentative échouée








Contrairement à ce qu’avaient annoncé les autorités du gouvernement, la rentrée des classes pour l’année scolaire 2019-2020 n’a pas été effective ce lundi 9 septembre 2019 dans le Sud. Les écoles n’ont pas fonctionné et les manifestants ont occupé le béton réclamant le départ du chef de l’État.

Alors que tout était planifié du côté du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) pour la rentrée des classes ce lundi 9 septembre 2019, les écoles n’ont pas ouvert leurs portes dans le Sud sous pression des manifestants conditionnant la rentrée scolaire au départ du chef de l’État, Jovenel Moïse. Les parents, en grande partie, n’ont pas osé envoyer leurs enfants à l’école le premier jour et les responsables d’école, de leur côté, ont choisi de garder leurs barrières fermées. Ce qui explique que la rue était méconnue pour un premier jour de classe.

Les manifestants, malgré la réaction des parents et des responsables d’écoles, n’ont pas chômé dans leur mouvement de protestation. La ville des Cayes a connu une journée très agitée notamment avec des manifestants qui foulaient le macadam et des pneus qui brulaient çà et là. Les manifestants restent accrochés à leur slogan : « Pa gen rantre lekòl ak Jovenel ». Ce qu’on pouvait aussi lire sur quelques murs et quelques barrières d’école.

Malgré la présence très remarquée des patrouilles policières, la tension était préoccupante et des manifestants très agressifs. Ces derniers déclarent que c’est, en effet, une nouvelle étape dans leur mouvement contre le gouvernement en place et contre la situation difficile dans laquelle patauge le pays alors que les autorités se montrent impuissantes face à la conjoncture.

Indigné par l’échec de la rentrée scolaire due aux mouvements de manifestation, le commissaire du gouvernement des Cayes, Raymond Bergeot, dans une conférence de presse ce lundi 9 septembre 2019, invite la population à ne pas se laisser intimider par les manifestants. Raymond Bergeot appelle les parents à envoyer leurs enfants à l’école. Il annonce que des dispositions sont déjà prises par les autorités compétentes afin d’assurer la sécurité des élèves.

Quant aux manifestants, le commissaire du gouvernement lance un appel à « zéro tolérance ». Il déclare que la récréation est terminée en s’adressant aux individus cagoulés et aux manifestants armés qui font pression sur la population. Ainsi appelle-t-il la police à être vigilante.

Toutefois, entre la pression des manifestants et l’assurance du commissaire du gouvernement des Cayes, Raymond Bergeot, la population semble être perplexe. Les inquiétudes sont encore de taille et la date réelle de la rentrée des classes est encore dans l’impasse.

Edver Serisier



Articles connexes


Afficher plus [5802]