S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Fin de la 50e législature avec un bilan insignifiant

Fin de la 50e législature avec un bilan insignifiant








La 50e législature restera dans les annales de la République d’Haïti comme probablement la législature la plus décevante de l’histoire de ce peuple. Durant ces 4 dernières années, l’image du Parlement haïtien a été ternie par de nombreux scandales impliquant invariablement des sénateurs, des députés, ou même des employés administratifs.

C’était une législature qui a bien vécu de ses scandales. Mais en ce qui concerne leur mission, les parlementaires n’ont pas posé beaucoup d’actes en rapport avec cette mission qui est de légiférer et contrôler les agissements du gouvernement. De Jack Guy Lafontant à Fritz William Michel, ils se sont contentés de placer des membres au sein du gouvernement afin d’avoir au mieux le contrôle du Trésor public, faire passer des projets fictifs, etc.

En plus de cet aspect, plusieurs parlementaires ont été impliqués dans des scandales de corruption et d’affiliation avec des gangs armés. Comme c’est le cas de Garcia Delva, l’un des sénateurs de l’Artibonite qui, après avoir été au cœur d’un scandale d’appels téléphoniques avec le chef de gang Arnel Joseph, a été soupçonné dans une affaire de kidnapping avec le caïd arrêté le 22 juillet dernier.

La révélation a été faite par Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). En effet, selon le militant des droits de l’homme, le nom du sénateur Garcia Delva a été cité dans une affaire de kidnapping exécuté en mars 2019 par le gang d’Arnel Joseph. Les faits semblent tellement vrais au point que l’entrée sur le territoire américain est de nos jours interdite à Garcia Delva.

D’autre part, plusieurs sénateurs et députés, dont Alfredo Antoine, Kedlaire Augustin, Evaliere Beauplau, Onondieu Louis,ont été impliqués dans de gros scandales de corruption. Des histoires de chariots aux histoires de chèques, presque tous nos parlementaires ont été impliqués dans des scandales décevants. Kedlaire Augustin a été dans un scandale de chèque avec sa secrétaire, Evaliere Beauplan pour une question de chariot à l’aéroport.

Plus récemment, d’après les conclusions d’une enquête conduite par le Bureau des affaires financières et économiques (Bafe) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), le sénateur du Nord-Ouest, Onondieu Louis, également questeur du Sénat, a été révélé comme étant le cerveau d’un vaste réseau de détournement de fonds public et de blanchiment des avoirs.

Que ce soit à la Chambre des députés ou au Sénat de la République, les scandales enregistrés pour ces quatre années de la 50e législature sont nombreux, et Rolph Papillon a traité cette législature comme celle de la honte. Mais en ce qui concerne le travail même d’un parlementaire, rien n’a été fait durant ces quatre années. Près de 80 textes de loi en rapport avec la question d’aide en Haïti, dont l’Accord de Partenariat économique, l’APE, soumis à Haïti depuis 10 ans, reste encore en souffrance quatre ans après cette 50e législature.

L’accord de prêt avec Taiwan pour l’amélioration du réseau électrique haïtien n’a pas non plus été voté. Une vaste campagne a eu lieu pour l’amendement de la Constitution, des citoyens ont discuté à propos et ont fait certaines propositions de diminution des avantages et privilèges offerts aux parlementaires. Mais au final, cette proposition d’amendement a été, selon le député Jerry Tardieu, tout simplement boycotté. Durant ces quatre années, les parlementaires ont tout fait, sauf ceux pour quoi ils ont été élus. Par contre, n’ont-ils pas intérêt à admettre que cette 50e a été la législature de la honte ?

Evens REGIS



Articles connexes


Afficher plus [5802]