S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Réplique des manifestants au commissaire du gouvernement des Cayes

Réplique des manifestants au commissaire du gouvernement des Cayes








Des manifestants se sont pris à la maison de la belle-mère du commissaire du gouvernement des Cayes, Raymond Bergeot, afin de faire passer leurs frustrations par rapport à la déclaration faite par ce dernier lançant un appel de zéro tolérance.

Suite à l’intervention du commissaire du gouvernement des Cayes, Raymond Bergeot, lançant un appel de « zéro tolérance » aux manifestants lors d'une conférence de presse tenue le lundi 9 septembre 2019, des manifestants ont tenté d'incendier la maison de sa belle-mère se trouvant au centre-ville des Cayes ce mardi 10 septembre 2019 dans le cadre d’une énième journée de manifestation contre le pouvoir en place.

Indigné par l’échec de la première journée de classe à cause des mouvements de manifestation, le commissaire du gouvernement des Cayes, Raymond Bergeot, avait invité la population à ne pas se laisser intimider par les manifestants dans le cadre de leurs interventions. Annonçant que des mesures ont été déjà prises par les autorités compétentes afin de rétablir le calme dans la troisième ville du pays, le commissaire avait lancé un appel de « zéro Tolérance ». Ce qui a mal tourné pour le commissaire, car les manifestants se sont pris à ses proches en vue d’exprimer leur colère par rapport à cette déclaration du commissaire.

De façon ironique, les manifestants ont répondu au commissaire du gouvernement, le mardi 10 septembre, en appliquant, selon leur déclaration, l’appel à « zéro Tolérance » au commissaire lui-même. En guise de réponse, ils ont mis le feu à l’aide de pneus enflammés dans la maison de la belle-mère du commissaire Bergeot dans le cadre des manifestations.

Face à cette situation, des agents de BLTS sont intervenus et ont forcé les manifestants à se disperser. Ce qui a donné à la ville des Cayes une allure plus ou moins paisible en fin d’après-midi.

Parallèlement, une nouvelle fois, les écoles n’ont pas fonctionné et les préoccupations de la population face à cette situation n'ont pas changé, car même les autorités sont vulnérables par rapport à la tournure que prend la protestation menée par des membres de l’opposition radicale dans le Sud.

Les manifestants continuent d’exiger le départ du président de la République et le chambardement du système, si non : « il n’y aura pas de rentrée de classe dans la troisième ville du pays », fulminent-ils. Les parents, eux, ne font qu’attendre désespérément.

Edver Serisier



Articles connexes


Afficher plus [5802]