S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
L’opposition politique se dit définitivement prête

L’opposition politique se dit définitivement prête








Suite au rassemblement de Mirebalais, le weekend écoulé, l’opposition politique se dit suffisamment armée pour non seulement contraindre Jovenel Moise à la démission, mais aussi assurer la transition dans les deux heures qui suivent son retrait du pouvoir. Objet de grandes critiques pour sa méthodologie, ce bloc politique a finalement trouvé l’unité et est en passe de planifier le dernier coup en vue de mettre K.O le chef de l’État et son équipe.

Dans un délai n’excédant pas 48 heures, la vie sera reprise totalement dans le pays après la démission du chef de l’état Jovenel Moise, assurent les responsables de l’opposition qui entendent dialoguer avec la population pour pacifier les zones contrôlées par les gangs armés. Une entente est finalement trouvée entre les différentes structures constituant l’opposition pour que dans moins de deux heures un membre de la Cour de cassation soit installé au Palais national pour conduire la transition de concert avec un chef de gouvernement issu de cette opposition dite élargie et renforcée. Bien évidemment, selon Schiller Louidor, avec une feuille de route déjà élaborée sur laquelle la majorité des partis se sont déjà mis d'accord.

La rencontre du dimanche 8 septembre à Mirebalais est symbolique pour cette opposition qui, contre vents et marrée, maintient la résistance contre le pouvoir. Comme le congrès de l’Arcahaie, le rassemblement de Mirebalais marque l’unification de l’opposition longtemps déchirée. Elle a permis à l’opposition, dit le docteur Louidor, de présenter à la nation le document d’alternative renouvelé prouvant la vision de l’opposition pour assurer l’après-Jovenel. "À Mirebalais nous avons rompu avec la critique soutenant que nous n’avons ni d’alternative ni d’unité pour crédibiliser notre lutte contre ce pouvoir. Ce document a suscité l’adhésion de la majorité et, c’était la joie parfaite", se réjouit Schiller Louidor qui parle de rencontre fructueuse et d’unité totale pour l’opposition.

Définissant une transition de trois ans, l’opposition fait le plaidoyer d’une transition d’autorité ou l’austérité sera de mise. À travers les actes à poser, de profondes réformes sont envisagées dans plusieurs domaines, dont la politique économique, la justice, entre autres. Selon le docteur Louidor, les 36 mois prévus seront amplement suffisants pour adresser la majorité des problèmes qui empêchent la fondation de la nouvelle nation tant souhaitée. Entre autres mesures prévues dans cette série de réformes administratives figure la nouvelle constitution.

Euphorique dans l’avancée des pourparlers, l’opposition politique ne ferme pas pour autant la porte des concertations. De l’avis de son porte-parole, les bras de l’opposition demeurent toujours tendus, car, dit-il, pour jeter les bases de la nouvelle Haïti, la position de tout un chacun est cruciale. Et, c’est dans cette veine qu’il appelle toutes les autres structures qui trainent encore les pieds à leur rejoindre au bord de la table des consultations. " La négociation doit être inclusive. Pour cela nous restons ouverts et prend au sérieux toutes les suggestions", fait-il savoir annonçant dans la foulée que ce bloc politique, pour l’heure, se concerte pour mutualiser leurs forces aux fins d’en finir avec le régime en place. De son avis, la dernière phase de la mobilisation sera intensive sur tout le territoire national.

Daniel Sévère



Articles connexes


Afficher plus [5802]