S'identifier Contact Avis
 
32° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

« Personne ne pourra attenter au dogme constitutionnel qui fixe à six ans le mandat des sénateurs », lâche le président du Sénat

« Personne ne pourra attenter au dogme constitutionnel qui fixe à six ans le mandat des sénateurs », lâche le président du Sénat



alors que l’opinion publique se prépare à constater la fin du mandat d’un tiers du Sénat en janvier 2020, le président du Sénat, Carl Murat Cantave, semble ne pas partager cet avis. Selon le président du Grand Corps, le mandat des sénateurs est de six ans nonobstant le renouvellement par tiers tous les deux ans.


Le débat sur la durée du mandat des sénateurs est à nouveau lancé dans l’opinion publique. C’est le président du Sénat lui-même qui a attiré l’attention sur ce problème qui risque de fragiliser le fonctionnement du Grand Corps. L’élu de l’Artibonite a fait savoir que personne ne pourra attenter au dogme constitutionnel qui fixe à six ans le mandat des sénateurs, nonobstant le renouvellement par tiers tous les deux ans. Cette déclaration du président du Sénat est survenue à un moment où la Chambre basse a clos la dernière session ordinaire de la 50e législature avant de boucler leur mandat, et la fin probable du mandat d’un tiers du Sénat en janvier 2020.

Selon le président du Sénat, dans cette échéance du départ en vacances de la Chambre des députes, des prophètes de catastrophe épiloguent déjà sur la fin ou la rupture impromptue de mandats sénatoriaux et sur l’éventualité d’une gouvernance exécutive par décrets ayant force de loi. « Il convient d’alerter la conscience nationale sur ces analyses et prédictions insensées. La peur d’évoquer les problèmes dans toute leur crudité s’assimile à une politique de l’autruche qui condamne les responsables à subir les dérives plutôt que de les armer à les prévenir et les combattre victorieusement », a souligné Carl Murat Cantave pour ceux qui attendent une fin de mandat pour un tiers du Sénat.

Cette position du président du Sénat est soutenue par le sénateur du Centre, Willot Joseph qui plaide également pour une prolongation du mandat des sénateurs.

Contrairement au vœu du président du Grand Corps, certains sénateurs se sont mis d’accord que leur mandat prendra fin en janvier 2020. Le sénateur de l’Ouest, Antonio Chéramy, dont le mandat arrive à terme en janvier 2020, se dit prêt à partir. « Si votre mandat arrive à terme, vous devez faire vos valises », a précisé l’homme fort de l’opposition au Grand Corps. Le représentant de l’Ouest prône le respect de la Constitution en ce qui a trait à la durée du mandat des élus. En revanche, il se positionne contre toute forme de négociations devant aboutir à une quelconque entente pour la prolongation du mandat des dix sénateurs qui partiront au deuxième lundi de janvier 2020.

Il convient de souligner que Carl Murat Cantave fait partie des sénateurs qui devront plier bagage en janvier 2020. Les autres sénateurs concernés sont : Antonio Cheramy, Évalière Beauplan, Nawoon Marcélus, Jacques Sauveur Jean, Wilfrid Gélin, Ricard Pierre, Hervé Fourcand, Sorel Jacinthe et Francenet Dénius.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6126]