S'identifier Contact Avis
 
23.12° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Éboulement à Goillard, aucune mesure de sécurité n'est prise

Éboulement à Goillard, aucune mesure de sécurité n'est prise








Le trajet reliant Gonaïves-Ennery a été paralysé ce dimanche 15 septembre 2019 pendant plusieurs heures après l'éboulement d'une partie de la montagne au niveau de la localité de Goillard, deuxième section communale de la commune d'Ennery. Les causes de cet effondrement n'ont pas été identifiées parce qu'aucune secousse sismique n'a été signalée par les habitants de la zone.

Cet événement était techniquement prévisible puisque les travaux de réfection du trajet Gonaïves – Puilboreau ont fragilisé des collines laissant des pics prêts à s'effondrer. Et le premier effondrement a eu lieu hier dans l'après-midi. Plus de trois heures après l'éboulement de la montagne, aucune mesure de sécurité n'a été prise et aucun balisage n'a été non plus placé. Certains habitants ramassaient les débris de pierres sans aucune crainte et les voitures longeaient sans aucune protection.

D'après le coordonnateur du Conseil d'administration de la section communale (CASEC), le risque a été déjà identifié et rapporté au responsable de la compagnie Remix qui dirige les travaux de la construction, mais ce dernier n'a rien voulu entendre à cette époque. Il annonce toutefois, certaines mesures contraignantes pour empêcher la pratique de casse des roches dans la zone.

Le maire de la commune d'Ennery, Marc Henry Compère, présent sur les lieux à lui aussi annoncé des mesures pour empêcher le ramassage de pierres le long de la route. Il a aussi déploré la perte de nombreux jardins détruits pendant la circonstance. La route a été finalement déblayée par grâce au support du bureau départemental du ministère des Travaux publics, Transports et Communications qui a envoyé des engins sur les lieux. La circulation a pu se rétablir, mais le risque reste encore très élevé.

Rappelons que ce tronçon de route financée, en grande partie, par la Banque Interaméricaine de Développement (BID), aurait coûté plus de 45 millions de dollars pour les 27 km. Entre temps, la promesse de l'utilisation des outils technologiques les plus modernes pour offrir un travail de qualité promis par les responsables des firmes d'exécution n’a pas été respectée correctement.

Lesly SUCCÈS



Articles connexes


Afficher plus [5958]