S'identifier Contact Avis
 
23.12° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Rénald Lubérice justifie le mutisme du chef de l'État

Rénald Lubérice justifie le mutisme du chef de l'État








Le chef de l'État s'est enfermé dans un mutisme complet depuis l'accentuation de la crise. Une attitude critiquée par plus d'un mais défendue par le secrétaire général du Conseil des ministres, Renald Lubérice. Selon lui, ce silence n'est pas synonyme d'inaction.

C'est un secret de Polichinelle. Le chef de la nation n’aime pas prendre la parole en période de crise. Si l'on se réfère aux évènements des 6 et 7 juillet 2018, le constat est plausible: l'occupant du Palais national préfère le silence quand la tension monte d'un cran dans le pays. Cette fois encore, il reste fidèle à sa légende. Le secrétaire général du Conseil des ministres, Rénald Lubérice, prend la défense de cette politique.

Pour Rénald Lubérice, le silence du président a un sens même quand il avoue ignorer la raison qui le pousse à se réfugier dans le mutisme. Lors d'une interview accordée à une station de la capitale, le grand commis de l'exécutif invite la population à choisir le juste milieu. « À un moment, de la durée, Jovenel Moise était reproché d'être trop bavard. Par la suite, on lui reproche son silence. Il faut que la population apprenne à définir le juste milieu », recommande-t-il arguant que ce silence ne signifie pas qu'il n'agit pas.

De son avis, il est important qu'un président de la République choisisse son temps de parole. « Parlez sans mesure peut être néfaste surtout quand on travaille sur des dossiers d'importance capitale. Il y a de certaines affaires, quand on les gère, on doit faire abstraction de la parole en public, car, cela peut occasionner des dégâts irréparables », martèle-t-il, informant que le gouvernement en entier travaille pour donner une réponse à la situation.

« Il nous faut le temps nécessaire pour trouver une solution adéquate à la crise, incluant, le problème du carburant. Il y aura sous peu une décision importante à cet effet. Pour cela, il vaut mieux agir dans le silence et communiquer par la suite la bonne nouvelle », a-t-il argué.

Rappelons que depuis l’enveniment de la crise le locataire du Palais national s'est gardé de s'adresser à la nation. Ses rares déclarations ont, au contraire, mis de l'huile sur le feu. Malgré cela, la population attend encore une adresse à la nation pouvant couper court aux précédentes, vraisemblablement désastreuses.

Daniel Sévère



Articles connexes


Afficher plus [5958]