S'identifier Contact Avis
 
23.12° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Les sénateurs de l’opposition conditionnent la reprise des activités au Sénat

Les sénateurs de l’opposition conditionnent la reprise des activités au Sénat








Suite au blocage rocambolesque de la séance de ratification de l’énoncé de la politique générale du Premier ministre nommé, le groupe des sénateurs de l’opposition au Sénat de la République conditionne la reprise des activités au grand Corps. Au nombre de trois, ces conditions sont soumises au président du Bureau, Carl Murat Cantave, pour les suites de droit.

Minoritaire, le groupe des sénateurs de l’opposition au grand Corps veut imposer leur loi. Après les incidents malheureux de la journée du 11 septembre lors de la séance de ratification de la déclaration de la politique générale du Premier ministre nommé, les sénateurs de l’opposition estiment de bon ton de fixer des conditions à la reprise des activités au Sénat. Ces trois exigences requises permettront de définir des stratégies afin de trouver une issue à la crise qui, selon les sénateurs de l’opposition, passe inévitablement par la responsabilisation du Sénat de la République.

Dans cette correspondance acheminée au président de la Chambre haute, les sénateurs de l’opposition réclament la tenue d’une conférence de présidents afin de poser et de résoudre les problèmes qui entravent le bon fonctionnement du grand Corps. Ils sollicitent la mise en place d’une commission chargée d’enquêter sur les derniers scandales de corruption, notamment celui impliquant le Premier ministre nommé Fritz William Michel et les sénateurs du GPRD. Lesquels scandales éclaboussent cinq sénateurs du groupe majoritaire soupçonnés d’avoir reçu chacun cent mille dollars américains, et des cas impliquant d’autres sénateurs.

Et, dans cette note paraphée par trois sénateurs de l’opposition, Nenel Cassy, Sorel Jacinthe et Youri Latortue, les pères conscrits demandent également l’acheminement du dernier rapport de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) et du dossier Dermalog par-devant les juridictions compétentes.

Reconnaissant que le Parlement fait face à une situation spéciale avec les vacances de la Chambre basse, les sénateurs de l’opposition croient que le Sénat a le devoir d’assumer les responsabilités qui lui incombent par le biais de son président. Ils invitent Carl Murat Cantave à entamer des discussions avec les différents acteurs pour apporter des réponses immédiates aux problèmes pressants tels que la rareté de carburants, la vie chère, la dépréciation accélérée de la gourde, l’insécurité, et la question de la crise électorale que l’on voit déjà poindre.

Par ailleurs, les sénateurs en question affirment avoir relevé que le dossier Petrocaribe, les massacres de La Saline et autres, la rentrée scolaire avortée, la corruption systémique sont, entre autres, des faits qui caractérisent l’administration publique du pays. Et d’autre part, l’implication du président Jovenel Moise dans des scandales de corruption (AGRITRANS à SOFIDAI en passant par BETEX. Ce qui, selon les sénateurs de l’opposition, montre l’incapacité manifeste du président Jovenel Moise à gouverner le pays.

Eu égard aux divers problèmes qui secouent la République, les sénateurs de l’opposition veulent l’implication réelle du Sénat dans le dénouement de la crise. Ils veulent jouer leur de garde-fou pour le pays. Toutefois, au cas contraire, il revient au peuple haïtien de prendre en main son destin, soutiennent ces sénateurs.

Woovins St Phard



Articles connexes


Afficher plus [5958]