S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

La grève de faim de certains étudiants de l’UEH risque de s’allonger après la conférence du président Moïse

La grève de faim de certains étudiants de l’UEH risque de s’allonger après la conférence du président Moïse



Depuis deux jours, un groupe d'étudiants de l’Université d’État d’Haïti ont entamé une grève pour exiger la démission du président de la République Jovenel Moïse. Cependant, lors de sa prise de parole le mardi 15 octobre 2019, le chef de l’État a laissé entendre qu’il ne compte pas démissionner. Ce qui, ipso facto, prolonge la grève lancée par ces jeunes. Pour plusieurs citoyens, ils risquent d’en mourir s’ils n’abandonnent pas.


Depuis plusieurs longues semaines, le pays connaît des moments de grande incertitude. Pour cause, une bonne partie de la population, répondant à l’appel de l’opposition, manifeste pour forcer le président à remettre sa démission.

En rapport à ces mouvements insurrectionnels, une grève de faim est entamée par 15 jeunes étudiants de l’université d’État d’Haïti (UEH) pour réclamer la démission du « premier citoyen de la nation ». Ces étudiants couchés à même le sol dans une salle de la Faculté de droit et des sciences économiques (FDSE), ont décidé de maintenir la grève jusqu’au résultat escompté. C’est-à-dire le départ du président Moïse.

« Nous avons entamé cette grève de faim, dit l’un des étudiants qui n’a pas voulu révéler son identité, contre l’insécurité, l’impunité, le chômage, la corruption. Cette grève de faim est illimitée jusqu'à ce que Jouvenel Moise laisse remet sa démission au niveau de l’état ». Toujours selon l’Étudiant, M. Moise est un « incompétent » et le peuple n’a point de confiance en sa personne.

« Le président a désacralisé toutes nos institutions », affirme le jeune étudiant sur les ondes ajoutant que les bandits ont infiltré les plus hautes sphères de l’État. « En tant qu’étudiant dans le pays, ajoute-il, nous ne pouvons tolérer que les choses se passent ainsi et que par cette grève nous voulons la démission et le départ ordonné du président ».

En effet, dans une conférence donnée mardi 15 octobre 2019, le président Moise a laissé entendre qu’il ne va pas démissionner, car ce serait irresponsable de sa part. ainsi, la grève des étudiants risque de perdurer, et ces jeunes peuvent même trépasser. Réagissant sur l’initiative de ces étudiants après la conférence de presse du président, les avis se divergent de plus en plus sur la toile. « La grève va les tuer, parce que le président ne va pas démissionner ». « N’ont-ils pas de la famille ». « Il faut abandonner ! Les étudiants grévistes doivent savoir qu’il n’y a pas assez d’hôpitaux ». « Il faut se mettre debout pour se battre, l’heure n’est pas à la grève de faim ».

Pendant que des étudiants entament de bon gré cette grève, des gens dans plusieurs endroits du pays font face à une pénurie de produits alimentaires. Aussi bien, ce tout dernier mouvement vient de rejoindre une liste longue de stratégies ( #UnfollowJovenelMoise, Peyi lock, Operasyon poze sele…) pour forcer le président à renoncer à son mandat.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [6073]