S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Les véritables missions du BINUH

Les véritables missions du BINUH



L’ONU annonce avoir tourné la page des missions de paix en Haïti après 15 ans de présence ininterrompue sur le terrain. Mais l’organisation internationale reste encore sur le territoire pour une autre mission au nom de : « Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH) ». Mais, quels sont les objectifs à réaliser par cette mission qui débutent ce mercredi 16 octobre 2019 ?


La mission des Nations unies pour l’appui à la justice en Haïti a été une sorte de transition pour l’ONU afin d’effectuer le passage de la mission de maintien de la paix en Haïti à une mission plus politique. Cette mission ayant pris fin le mardi 15 octobre, elle a automatiquement fait place au BINUH qui débute sa mission en Haïti dès ce mercredi 16 octobre 2019. Avec cette mission, l’ONU aura une implication beaucoup plus grande en Haïti que les actions de maintien de la paix. Ce qui explique que, selon les objectifs fixés par l’ONU, cette mission sera probablement présente dans toutes les sphères de la vie nationale en Haïti.

C’est au mois de juin 2019 que le conseil de sécurité de l’ONU avait adopté la résolution créant le BINUH. L’objectif principal de cette mission est de « conseiller » et « d’épauler » le Gouvernement haïtien dans ses efforts pour renforcer la stabilité politique et la bonne gouvernance dans le pays. Plusieurs membres du Conseil de sécurité, dont la Chine et la République dominicaine, avaient émis des réserves concernant le mandat de cette nouvelle mission qui, jugeaient-ils, n’était pas ambitieux au prorata des exigences de l’heure en Haïti. Cependant, avec une majorité, la résolution a été adoptée.

En plus d’épauler l’Exécutif en Haïti dans la quête de la stabilité politique et la bonne gouvernance, cette nouvelle mission se réserve le droit d’œuvrer à titre consultatif avec les autorités haïtiennes et l’Équipe pays des Nations unies afin de poursuivre le travail mis en œuvre depuis 2004 en matière de stabilité, de sécurité, de gouvernance, d’État de droit et de droits humains. Ainsi, BINUH aura à faire avancer les efforts d’Haïti pour entreprendre des réformes électorales et tenir des élections libres, régulières et transparentes.

En outre, le Bureau aura à promouvoir un dialogue inclusif entre Haïtiens afin d’encourager le consensus national sur les priorités du pays, comme sur la mise en œuvre des réformes politiques, législatives et structurelles. Le BINUH donnera un appui direct à la PNH afin de renforcer les capacités opérationnelles, l’intégrité et la responsabilité de la Police nationale d’Haïti (PNH) dans son rôle de maintien de l’ordre public et de protection de la population dans le plein respect des obligations envers les droits humains et l’égalité entre les sexes.

L’affaire de prolifération des gangs en Haïti sera une priorité pour le BINUH également. Le Bureau va promouvoir et appuyer la mise en œuvre d’une stratégie nationale pour réduire la violence des gangs et la violence communautaire, y compris la violence sexuelle et sexiste. Le secteur judiciaire sera également une priorité. BINUH va contribuer pour faire avancer des réformes dans le secteur judiciaire, en particulier pour réduire la détention préventive, garantir la reddition de comptes pour faire diminuer la corruption et lutter contre l’impunité.

Par ailleurs, cette mission travaillera de manière à renforcer la gestion et la supervision de l’administration pénitentiaire, ainsi que les capacités de contrôle pour la prestation des services de base dans les prisons, en lien avec les normes internationales relatives aux droits humains. De plus, la mission aura à appuyer la consolidation des cadres nationaux et renforcer les capacités et l’autonomie de l’institution nationale de défense des droits de l’homme et de la société civile pour protéger et promouvoir les droits humains, en particulier les droits des femmes et l’égalité entre les sexes.

Comme toutes les autres missions de l’ONU, les dirigeants de cette organisation internationale laissent croire que le BINUH va travailler en appui aux institutions nationales afin d’améliorer la vie des Haïtiens, en lien avec les priorités nationales et le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Pourtant, la majorité des missions de l’ONU a échoué en Haïti. Le dernier échec en date est celui de la MINUJUSTH qui avait pour mission d’appuyer la justice en Haïti. La réalité prouve qu’aujourd’hui le système judiciaire haïtien s’est davantage détérioré.

Durant l’année du mandat de la MINUJUSTH, le pouvoir en place n’a pas cessé de violer les droits humains. Plusieurs massacres ont eu lieu durant cette année. Avec le BINUH, l’ONU s’arroge le droit d’intervenir dans différents secteurs de la vie nationale. Est-ce qu’à partir de cette mission, l’ONU aura enfin la capacité et le courage de ne plus agir en surface, de toucher les problèmes au fond, afin d’arriver à atteindre des résultats proportionnels aux objectifs fixés pour Haïti depuis plusieurs années ?

Evens REGIS




Articles connexes


Afficher plus [6073]