S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Un deuxième dimanche de grande mobilisation dans la zone métropolitaine

Un deuxième dimanche de grande mobilisation dans la zone métropolitaine



À l’initiative des artistes, des chrétiens et des leaders politiques, et aussi de nombreuses personnes ont défilé le dimanche 20 octobre encore une fois de plus, dans les rues de la zone métropolitaine pour continuer de réclamer le départ du chef de l’État, Jovenel Moise. Au milieu de cette marée humaine compacte, tous fredonnent à l’unisson « Prezidan lage pye w ».


C’est le deuxième dimanche de la mobilisation populaire lancée par les artistes pour trouver le départ du président Jovenel Moise. Cette initiative du rappeur Jean Leonard Tout Puissant dit Izolan a coïncidé avec la marche pacifique lancée par des protestants sous le leadership du prophète Mackenson Dorilas et des politiques pour réclamer aussi la démission du président de la République. En effet, ils étaient au nombre de trois parmi les différents secteurs présents dans les rues le dimanche 20 octobre pour demander Jovenel Moise à se démettre de sa fonction du chef de l’État, vu son incapacité à orienter le pays vers la voie du développement. D’un même parcours, ces trois secteurs ont pris la route de Delmas pour monter à Pétion-Ville et redescendre par Bourdon pour finir dans le périmètre du Champ-de-Mars.

Comme le dimanche 13, les artistes ont attiré une grande foule devant et derrière leur mobile qui crée de l’animation avec le fameux slogan « Lage pye w ». Tout au cours du parcours, les participants ont fait preuve de courage et de détermination en dénonçant le système qui, disent-ils, soutient la misère dans le pays au profit d’un petit groupe. En maillots blancs, la foule s’est livrée, dans une ambiance carnavalesque, au rythme de chars musicaux qui l’accompagnaient. Ils ont donné de la voix contre le président Jovenel Moise qu’ils qualifient de représentant du système. Ces revendications étaient aussi reprises sur les pancartes portées par les protestataires : « Jovenel Moise sistèm nan avè w se marasa », « Jovenel Moïse ou pa gen plas ou nan peyi a », « Aba sistèm nan ».

Toutefois, au cours du parcours, plusieurs citoyens ont exprimé leurs désaccords avec les artistes initiateurs qui ne font rien pour que la marche ne ressemble pas à un défilé carnavalesque. Au nombre de ces individus figure l’artiste Matias Dandò qui estime que le moment n’est pas propice au carnaval, mais à la conscientisation des problèmes réels que traversent les couches sociales défavorisées.

De leur côté, le groupe des protestants emmené par le prophète Mackenson Dorilas a défilé au pas des chants évangéliques tout en réclamant la démission de Jovenel Moise. Au cœur de cette marche, Prophète Dorilas, vêtu d’une robe verte, n’a eu cesse de dénoncer les assassinats. « Twòp san koule », a indiqué celui qui se donne le droit de prédire certains évènements dans le pays. Il a demandé un changement profond dans le système duquel il souhaite partir avec Jovenel Moise. Accompagné de ses fidèles et autres sympathisants, le prophète a marché dans les rues en rejetant l’indifférence d’autres groupes du secteur protestant qui ne veulent pas s’impliquer dans les affaires séculières.

Arrivé Pétion-Ville à la rue Panaméricaine, le char sur lequel était juché le prophète allait être impliqué dans un accident. Au moins seize personnes ont été affectées par la perte de contrôle du mobile dont les freins n’ont pas répondu. Elles ont été transférées dans un centre hospitalier en urgence.

Les militants politiques et d’autres individus venant des quartiers populeux ont été également dans les rues pour continuer de réclamer le départ du chef de l’État. De nombreux citoyens venus de Cité-Soleil ont pris aussi la direction de Pétion-Ville pour protester contre l’administration politique en place. Plusieurs personnalités politiques de l’opposition et du secteur privé ont été remarquées. Face à l’excès de la Police, certains protestataires ont répondu par la violence. Ils ont tenté de mettre le feu dans des bâtiments publics, dont l’ONA de Pétion-Ville, et des entreprises privées. Un véhicule a été incendié à Lalue par les manifestants.

Cette mobilisation du dimanche 20 octobre est une journée où des secteurs différents ont confondu dans les rues pour réclamer le départ du président Moise. S’il est vrai que les trois groupes appartiennent à des secteurs différents, leurs revendications restent les mêmes.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6073]