S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Cayes : l’église catholique marche contre le système

Cayes : l’église catholique marche contre le système



Des consacrés et des fidèles catholiques dans la métropole du Sud ont organisé une marche ce mardi 22 octobre 2019 en vue de dénoncer le système. Ils prônent une bataille solidaire pour une nouvelle Haïti.


Le secteur catholique se met dans la lutte et opte pour un changement radical du système. Le mardi 22 octobre 2019, des prêtres et des fidèles catholiques dans le département du Sud ont organisé une journée de mobilisation, séquencée en trois activités, en vue d’exprimer leur position par rapport à la crise sociopolitique à laquelle est confronté le pays. Ils optent pour le changement du système et appellent à une lutte solidaire afin d’aboutir à une nouvelle Haïti.

Portant, pour la plupart, des vêtements de couleur blanche, bougie à la main, le rassemblement a eu lieu à l’église St-Michel Archange à l’entrée de la ville des Cayes. Après un moment de prière, les protestataires ont pris la route nationale #2 et ont fait trois tours de la croix des Quatre chemins avant de revenir à l’église de St-Michel où le message a été livré.

Dans son intervention circonstancielle, le curé de la paroisse St-Michel Archange, père Charles Joseph Charles, a déploré entre autres les phénomènes de corruption, d’injustice, d’impunité, de chômage, d’insécurité qui gangrènent le pays. « Il est temps que cela change », martèle le messager de la circonstance, père Charles Joseph Charles. Ce dernier prône un changement de mentalité et lance un appel à la non-violence pour atteindre le résultat escompté.

Par ailleurs, père Charles Joseph Charles déclare que trois crises sont en train d’anéantir le pays. « Une crise d’identité » puisque, selon lui, l’Haïtien ne s’identifie pas comme vrai haïtien par rapport à son comportement et ses réactions. « Une crise de stratification » pour faire référence à une société inégalitaire. Le prêtre a mis en exergue l’absence d’une couche intermédiaire entre les riches et les pauvres, l’existence d’un grand fossé entre ces deux couches. La troisième crise, poursuit le prêtre, est « l’éclectisme ». Par là, il explique que l’Haïtien ne valorise pas ses potentiels et ses valeurs, mais valorise, ajoute-t-il, tout ce que fait l’étranger. « Il faut changer ces mauvaises façons de penser, a conclu Père Charles Joseph Charles.

Pour clôturer la cérémonie de prière, le révérend père Gous Aurémil, de son côté, a repris la phrase prononcée par Pape Jean Paul II lors de sa visite en Haïti : « Il faut que quelque chose change ». Il a également repris celle prononcée par le cardinal, Chibly Langlois, à l’occasion de la fête de Notre-Dame le 15 août dernier : « Les choses ne vont pas dans le sens du peuple ». En faisant allusion à ces déclarations, le prêtre, Gous Aurémil, voulait s’adresser directement aux autorités politiques du pays.

« Dans la paix, l’amour, la solidarité et la fraternité, continuons à lutter pour une nouvelle Haïti », exhorte le révérend père Gous Aurémil.

Il faut souligner même qu’après le renvoi, les fidèles et plusieurs membres de l’opposition présents à la cérémonie ont relancé la mobilisation et ont pris la direction du Centre-ville exigeant le départ de Jovenel Moïse au pouvoir.

Edver Serisier




Articles connexes


Afficher plus [6073]