S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Gonaïves : une journée de trêve

Gonaïves : une journée de trêve



L’opposition radicale à Gonaïves a annoncé une journée de trêve pour ce mercredi 6 novembre 2019 après une journée de grande tension et de panique dans la cité. Une trêve de très courte durée qui permettra à la population de se ravitailler et de vaquer à certaines activités pendant toute la journée puisque les luttes reprendront le lendemain avec la même intensité pour continuer d’exiger la démission du président de la République.

Dans une note rendue publique par les représentants de l’opposition radicale dans la cité de l’Indépendance, ce mercredi 6 novembre 2019 a été désigné "journée de trêve" dans les mobilisations antigouvernementales afin de permettre à la population générale de s’approvisionner en eau et en nourriture ou autres produits pour s’assurer de leurs prises en charge pour les jours à venir. Ils invitent les chefs d’entreprises à ouvrir leurs portes pour cette journée, tout en les remerciant pour leur collaboration au mouvement en gardant leurs portes fermées au moment des manifestations dans la ville. Ils sollicitent encore leur collaboration pour la suite en attendant la chute prochaine du président Moïse.

Cette trêve, en dépit de sa courte durée, fait beaucoup de bien à de nombreux salariés qui en ont profité pour faire des transactions bancaires, globalement des retraits ne dépassant pas 10 000 gourdes proposées par certaines banques commerciales de la place. Les bureaux de transfert sont complètement débordés sans oublier une prolifération consciente de petits marchés un peu partout dans la ville. Hormis les bureaux publics et les institutions scolaires, les grandes activités ont été reprises pendant la journée. Aucune rafale de tirs n’a été entendue durant la journée, ce qui a apaisé un peu le niveau d’anxiété de la population qui trimballe dans les rues de la cité de l’Indépendance pour mener leurs activités.

Cependant, la journée n’a pas été non plus une carte blanche puisque beaucoup de rues restent encore barricadées. Et, en plus, ils ont indiqué dans la note que la mobilisation reprendra ses droits ce jeudi 7 novembre, toujours dans le même objectif de faire tomber le président de la République pour installer à la tête du pays un gouvernement de transition qui aura à réaliser la conférence nationale souveraine, le procès Petrocaribe et surtout sonner le glas des pratiques de corruptions dans l’Administration publique.

Cette journée a été aussi consacrée à l’audience du militant politique Jocozias Pierre arrêté la semaine dernière à Ennery. Suite à une action en Habeas corpus pour arrestation illégale entamée par les avocats de l’opposition. D’après le porte-parole de l’opposition aux Gonaïves, Raphaël Clavanet Marado, l’absence du commissaire du gouvernement qui devrait jouer le rôle de ministère public est considérée par l’opposition comme un marronnage et une action politique qui vise à maintenir Jocozias en prison. Si les choses se passent ainsi, on peut comprendre que la justice devient maintenant un instrument pour persécuter les militants qui défendent la masse défavorisée, a-t-il soutenu. Il a aussi affirmé que le juge a 24 h pour décider. Après la décision du juge, ils sauront quoi faire.

Lesly Succès




Articles connexes


Afficher plus [6073]