S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

La CARICOM et la France lancent un appel au dialogue entre les Haïtiens

La CARICOM et la France lancent un appel au dialogue entre les Haïtiens



La crise haïtienne préoccupe à la fois les pays de la région caribéenne ainsi que ceux d’autres continents. Face à l’aggravation de la situation sociopolitique et économique du pays, le président de la CARICOM, Allen Michael Chastanet et le secrétaire d’État français auprès du ministre des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, lancent un appel au dialogue entre les acteurs haïtiens.


« La crise politique prolongée, qui a bouleversé la stabilité politique et économique du pays et qui accentue la perturbation des activités quotidiennes de la population, ne peut être résolue que de manière pacifique, c'est-à-dire par un dialogue constructif. La CARICOM lance donc un appel à toutes les parties concernées pour qu’elles engagent un débat constructif de bonne foi, afin de rétablir l’ordre et la normalité en Haïti », a fait savoir le Premier ministre de Sainte-Lucie qui assure la Présidence de la communauté caribéenne. Cette déclaration du président fait suite à la position des États membres en octobre dernier qui ont souligné l’importance d’un dialogue entre le Gouvernement et l’opposition pour apporter une solution à la crise haïtienne. L’organisation régionale se propose de jouer le rôle de bons offices pour faciliter le dialogue politique entre les parties.

La CARICOM exprime sa préoccupation par rapport à l’aggravation de la crise en Haïti qui a paralysé le fonctionnement normal de tous les secteurs du pays et créé une situation de misère pour la population. La Communauté appelle toutes les parties à reconnaître les dommages causés et à s’abstenir de toute action susceptible d’entraver le règlement pacifique des différends et le retour à la Paix et au calme en Haïti. En contrepartie, elle déplore la destruction de biens et de moyens de subsistance, la détérioration de la situation humanitaire et le nombre croissant de morts résultant de l’effondrement de l’ordre public, qui s’est intensifié au cours des sept dernières semaines. « Bien que la CARICOM soutienne pleinement la jouissance du droit à la liberté de réunion, nous demandons instamment que cela soit fait de manière licite », indique la CARICOM par la voix de son président.

La France opte pour un dialogue entre les acteurs

Le secrétaire d’État français auprès du ministre des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, questionné à l’Assemblée nationale le mardi 5 novembre sur la situation qui règne en Haïti depuis plusieurs semaines, a fait remarquer que la situation est préoccupante. « La situation en Haïti est particulièrement préoccupante. Cela a conduit à 42 morts depuis le mois de septembre. L’Ambassade de France et l’Institut français ont été la cible d’actes de vandalisme », a-t-il relaté.

Même si la priorité pour le gouvernement français est d’abord d’assurer la sécurité des ressortissants français présents en Haïti, cependant le secrétaire d’État a affirmé que, le Gouvernement dont il est membre, est prêt à soutenir la reprise d’un dialogue en Haïti. « Le président de la République d’Haïti doit naturellement, être à la hauteur des circonstances. Nous l’accompagnons, s’il le souhaite », précise le secrétaire d’État.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6073]