S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Vers la planification de la transition, la Passerelle programme une table de concertation

Vers la planification de la transition, la Passerelle programme une table de concertation



À mesure que la crise s’envenime, l’opposition parait de plus en plus divisée sur l’après-Jovenel. En vue d’aboutir à une position unitaire et une alternative claire pour remplacer Jovenel Moise, une table de concertation, à l’initiative de la Passerelle, est prévue pour ce vendredi 8 novembre entre les acteurs impliqués dans la crise.


Les propositions pullulent, les regroupements politiques se multiplient, cependant la crise persiste ainsi que la division sous-jacente caractérisant ce bloc politique. Au niveau de l’opposition, tous les acteurs se mettent d’accord sur la nécessité d’instaurer une transition pour remplacer Jovenel Moise, incapable de diriger. Néanmoins, ils n’arrivent pourtant pas à dégager un consensus autour de la meilleure méthode pour la faire sans heurts. Certains, dont l’Alternative consensuelle pour la refondation de l’État opte pour la Cour de cassation. D’autres, comme la plateforme Pitit Desalin, n’objectent pas, mais demeurent perplexes sur les critères pour faire ce tri. D’autres encore, notamment le regroupement « Mache kontre », se démarquent radicalement de cette perspective, il opte pour un choix issu de la société, mais planifié par l’élite politique. Face à cet amalgame politique, la Passerelle, en mode médiateur, entend faire la part des choses en planifiant de concert avec les acteurs en question, ce qu’elle appelle, la table de concertation.

C’est pour ce jeudi 7 novembre qu’est programmée cette assemblée consultative de l’opposition. Tous les regroupements politiques sont d’accord pour discuter ensemble sans répit jusqu’à adopter une position commune, selon la note de la passerelle et les aveux de Mache kontre et de Fanmi lavalas. Ce sera un espace, mais aussi une opportunité pour les acteurs majeurs impliqués dans la crise de confronter leurs positions, perdre dans leurs ambitions et gagner ce qu’il faut gagner. Selon le porte-parole de l’Organisation du peuple en lutte (OPL), la crise doit servir à chaque acteur d’opportunité pour poser des actions en vue de répondre aux exigences de la jeunesse socialement exclue depuis des lustres. Ce sera, selon le regroupement « Mache kontre », le conclave politique qui fera suite à un ensemble de rencontres préparatoires.

Pour une fois, l’opposition déchiquetée par des intérêts diversifiés et mesquins semble sur le point de se donner en exemple en acceptant, après maintes réticences, la médiation de la passerelle. Malgré leurs différences, ils ne présentent aucun refus au dialogue. En panne d’alternative réelle, chacun des groupes ou des commissions parlaient depuis un bon bout de temps de la nécessité d’une symbiose politique.

Consciente que ce schisme sert au pouvoir, l’opposition choisit de faire volte-face pour mutualiser leur force afin de parler un langage unique et colmater le flou qui rend de plus en plus sceptique la population. Pour l’heure, rien n’est encore dit, cependant l’initiative est très appréciée par les protagonistes en question.

Ayant agi ainsi, l’initiative de la Passerelle reçoit un écho favorable au niveau des acteurs concernés, cependant, la population habituée au jeu coquin des politiques demeure encore perplexe. Leurs points de vue sont partagés à cet effet. Selon plus d’un, cette rencontre risque de finir en queue de poisson, vu les multiples enjeux qui caractérisent les différents groupes. D’autres, moins radicaux, doutent du non-respect des engagements qu’ils auront à prendre au terme des discussions. Pour eux, les politiques haïtiens n’ont pas dans leur gêne l’idée du compromis.

Au moment de boucler le journal, la Rédaction a appris que la rencontre proposée par la Passerelle a été reportée pour absence de réactions des parties invitées. Elle se tiendra le vendredi 8 novembre.

Daniel Sévère




Articles connexes


Afficher plus [6073]