S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

De la nécessité d’agir vite et bien

De la nécessité d’agir vite et bien



La situation humanitaire est devenue encore plus inquiétante en Haïti ces derniers temps. Que ce soit pour des questions sanitaires, alimentaires ou sécuritaires, la vie est menacée. Une réalité qui devait interpeller l’ensemble des acteurs impliqués directement dans la crise, afin qu’ils décident enfin de jouer leur rôle aussi efficacement que possible, en vue d’arriver à une issue favorable au bien-être de tous, tout en travaillant pour aider à sortir le pays de cette situation difficile.


Beaucoup de statistiques, de rapports d’organisations ainsi que des témoignages prouvent que la situation humanitaire en Haïti n’a jamais été aussi inquiétante ces 25 dernières années. La corruption et les erreurs de gouvernances effectuées de façon répétée dans les administrations passées ont conduit le pays à un carrefour inédit de son histoire. Le pays devient de plus en plus gangstérisé. La misère touche le plafond. Les problèmes de santé font rage. Des déficits énormes sont enregistrés dans l’administration et dans le commerce chaque jour. Pourtant, les dirigeants et leaders de l’opposition s’amusent à jouer avec l’avenir de toute une nation.

Avec Jovenel Moise au pouvoir, la situation s’est aggravée. Arrivé au pouvoir à la faveur des circonstances, Jovenel Moise n’a aucun projet de société. Toutes ses initiatives donnent l’allure de quelqu’un qui tâtonne. Pourtant, il refuse d’admettre son échec qu’il met toujours sous la responsabilité de quelqu’un d’autre. En face de lui, une opposition qui ne sait pas réellement pourquoi et comment prendre le pouvoir. Ce secteur affiche toujours en plein jour sa divergence, et très souvent au mauvais moment. Au milieu, la communauté internationale qui joue le jeu diplomatique et n’affiche toujours pas une position claire sur la crise.

Entre temps, les gangs armés sèment la pagaille partout à travers le pays. Les portes des établissements scolaires et des universités restent fermées depuis les vacances d’été. Les protestations sur le terrain gagnent en ampleur, et certains profitent de cette situation d’incertitude pour ériger des barricades dans l’unique objectif de rançonner de paisibles citoyens. L’administration publique du pays ne fonctionne pas. Le pays est pratiquement fermé, et reste encore très fragile. Pourtant, on n’a pas l’impression que les acteurs veulent faire quoi que ce soit pour sauver la situation. À chaque jour qui passe, le pays sombre dans le chaos et l’anarchie totale.

Malgré son échec, le chef de l’État cache derrière des communiqués, des notes de presse, et donne l’impression qu’il dirige quelque chose. Son administration utilise des civils armés pour tenter d’enlever de force les barricades. Une attitude qui explique clairement la volonté de Jovenel Moise de laisser pourrir la situation. Certains leaders de l’opposition, au moment de chercher le minimum de consensus sur une position, et d’adopter celle de la majorité, trouvent quand même un moyen de faire passer du temps, en essayant d’imposer chacun leur position, alors qu’ils devaient prendre conscience qu’à ce niveau, le pays se trouve au bord de l’abime, et qu’il nous faut une solution au plus vite.

À ce carrefour, il faut un minimum de conscience et de pitié pour le peuple haïtien. L’heure n’est plus à autre chose. Les acteurs en présence doivent enfin cesser de viser les intérêts particuliers et doivent faire place aux intérêts collectifs. Le pays a besoin d’un nouveau souffle. Il faut des actions concertées pouvant retirer le pays dans cette situation de grande inquiétude. Les acteurs impliqués, à savoir le pouvoir, l’opposition et la communauté internationale, doivent jouer les mains et les pieds afin de parvenir à une solution durable. Une solution qui pourra sortir le pays de l’impasse dans laquelle il se trouve.

Evens Regis




Articles connexes


Afficher plus [6126]