S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Pitit Desalin appuie l’« Entente politique de la transition », mais reste sur ses gardes

Pitit Desalin appuie l’« Entente politique de la transition », mais reste sur ses gardes



Revenant des voyages des États-Unis d’Amérique et du Venezuela, le secrétaire général du parti politique Pitit Desalin, Moïse Jean Charles, a fait le point sur la position de son parti en rapport à l’accord conclu entre des acteurs de la société civile, du secteur privé des affaires et de l’opposition. Moïse Jean Charles a salué cet accord tout en émettant des réserves sur le processus de désignation du nouveau président ainsi que du Premier ministre.


N’ayant pas participé aux négociations conduisant à la signature de cet accord menée par la « Passerelle », le parti politique Pitit Desalin de l’ancien sénateur Moïse Jean Charles a quand même donné son appui à l’entente politique trouvée pour le remplacement de Jovenel Moise impliquant la formation d’un gouvernement de transition. Au terme de ses voyages aux USA et au Venezuela, le secrétaire général de Pitit Desalin a confirmé, le jeudi 14 novembre, en conférence de presse, en ses locaux, que sa structure politique n’est pas intéressée à intégrer le pouvoir de transition. Toutefois, le parti de tendance de gauche qui s’inscrit dans la lignée de l’idéal dessalinien veut jouer la carte de prudence sur le choix des personnalités pour les postes de Président et de Premier ministre.

« Pitit Desalin reste sur ses gardes quant au choix du juge de la Cour de cassation qui sera désigné à la tête du pays et également le choix du Premier ministre du gouvernement de transition », indique Moïse Jean Charles. Il met en garde contre toute tentative de choisir un président et un Premier ministre qui ne reflètent pas la mobilisation populaire, notamment les gens qui se tiennent derrière les barricades dans les rues. Il a fait savoir que même avec un pouvoir reflétant l’image des militants, ils seront toujours dans les rues pour déraciner le système actuel, qui est considéré comme la source de l’injustice sociale et de l’instabilité dans le pays.

Moïse Jean Charles demande pardon au Venezuela pour le vote du gouvernement haïtien contre l’administration de Maduro à l’OEA

Au cours de son déplacement à l’extérieur du pays, le secrétaire général du parti Pitit Desalin a participé dans un congrès déroulé au Venezuela, réalisé par le pouvoir de Nicolas Maduro avec une cinquantaine de pays d’Afrique, de la Caraïbe et de l’Amérique latine. Ce congrès réunissant des Africains et des Afros descendants a permis aux différents représentants de réfléchir autour des problèmes qu’ils ont en commun. En fait, ces pays ont subi l’esclavage, l’exploitation de leurs richesses par les grands pays et l’hégémonie des impérialistes.

Prenant la parole à cette grande assemblée au nom du peuple haïtien, Moïse Jean Charles a imploré le pardon du peuple vénézuélien pour le vote d’Haïti contre le pays de Simon Bolivar et d’Hugo Chavez. Il s’en est pris au comportement de l’administration Jovenel Moise qui a piétiné la relation historique et économique qu’entretiennent ces deux peuples de l’Amérique. Par-dessus tout, il croit que les deux peuples restent solidaires dans leur rapport.

En marge de ce congrès tenu au Venezuela en présence du président Nicolas Maduro, l’ancien sénateur du Nord a rencontré des représentants d’autres pays présents. Il a relaté sa discussion avec les autorités vénézuéliennes pour résoudre le problème du pétrole dans le pays. Et avec des pays de l’Amérique latine sur d’éventuelles coopérations. Selon Moïse Jean Charles, Haïti est sur la bonne voie pour la préparation de l’après-Jovenel Moïse.

Par ailleurs, pour ne pas buter sur la configuration géopolitique du pays, Moïse Jean Charles sollicite d’autres pays amis d’Haïti des actions concrètes. « Tout peyi ki di yo se zanmi Ayiti, yo dwe di nou sa yo ka fè », précise le natif de Milot qui prépare son parti à prendre le pouvoir par les élections.

De passage aux États-Unis, le secrétaire du parti Pitit Desalin a également mis sur place en Floride un comité représentatif de son parti. Parallèlement à cette structure hors du pays, il invite les Haïtiens à résister aux pressions maladives en vogue ces derniers jours incitant les Haïtiens à laisser le pays. Selon lui, c’est une tentative d’inciter les fils et filles du pays à s’enfuir afin de s’emparer de leur territoire.

Woovins St Phard




Articles connexes


Afficher plus [6126]