S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

L’opposition politique met le cap sur le 18 novembre

L’opposition politique met le cap sur le 18 novembre



L’Alternative consensuelle pour la refondation de l’État annonce pour le 18 novembre 2019 la tenue d’une mobilisation monstre à travers tous les recoins du territoire national. En prélude, les signataires de l’Alternative invitent la population à rester en mode combat en attendant le jour J. Elle a aussi vanté l’importance de l’accord de Marriott et a mis en garde ceux qui prennent à défaut sa bonne volonté.


L’accord de Marriott a changé l’agenda de l’Alternative consensuelle pour la refondation de l’État. Au lieu d’escorter son président provisoire pour soutenir le message de circonstance en l’occasion du 18 novembre 2019, elle invite la population à tout mettre en œuvre pour éviter au président Jovenel Moise de, disent les signataires, souiller ce site historique de grande valeur, en l’occurrence : Vertières. Pour le 18 novembre qui s’amène, l’opposition invite la population à se positionner en mode de combat, car, soutient-elle, il n’y aura pas de répit dans la bataille populaire. Définitivement, précise le sénateur Nenel Cassy, l’heure est à la planification de la transition.

« Le 18 novembre 2019 sera une journée de combat. Dépourvus de tout, nous avons en 1803 mis à genoux l’ordre mondial. Aujourd’hui en plein 21e siècle nous allons offrir une nouvelle liberté à la nation. D’ici aujourd’hui au 18 novembre, nous sommes en mode combat pour évincer Jovenel Moise du pouvoir qui a conduit le pays à la faillite et le livrer à la corruption », appelle Assad Volcy qui a salué le courage de la population qui a mis en grande difficulté le locataire du Palais national.

C’est en effet, la position du porte-parole du secteur démocratique et populaire, André Michel qui invite tous les autres acteurs signataires de l’accord de Marriott à rejoindre la population sur le macadam, le lundi 18 novembre prochain. Selon l’homme de loi, l’heure est à la mobilisation, car, précise-t-il, le terrain a plus d’importance que l’accord. « Finissons les dilatoires. Notre arme c’est la mobilisation », lâche-t-il réaffirmant la position de l’opposition sur les tentatives du corps diplomatique et de l’Exécutif de planifier des rencontres en vue de monter un gouvernement d’union nationale. « Nous le disons, nous ne sommes pas dans cette perspective. Pas de négociations ni de cohabitation avec Jovenel Moïse », clarifie-t-il fixant du coup des ambassades qui selon lui manigancent un plan de négociation pour l’opposition.

Acerbes contre le pouvoir, les opposants politiques n’en démordent pas : la légitime défense est le mot d’ordre. Comme à son style, le leader de Vive Haïti, Rony Timothée, invite la population à défendre ses barricades. D’un autre côté, les signataires de l’Alternative pointent du doigt la police et la justice qui, selon eux, maintiennent au pouvoir le locataire du Palais national. Ils ont aussi dénoncé la répression exercée par le pouvoir pour casser la mobilisation.

L’alternative fait le point sur l’accord

Les signataires de l’Alternative le disent à qui veut l’entendre : l’accord de Marriott n’est pas une entente fragile. « Plus de prétexte. Nous sommes unies et nous avons une alternative », martèle le leader de ODEP HAÏTI, Assad Volcy. De son côté, le député d’Aquin, Jean Robert Bossé, a précisé, dit-il, les fondamentaux de l’accord. Il évoque le procès Petrocaribe, le combat contre la corruption, le procès des différents massacres entre autres. Selon le parlementaire, l’accord n’est pas exhaustif. C’est une entente très large qui définira l’objectif de l’opposition de l’après-Jovenel. À son avis, la feuille de route de la transition est en phase terminale et d’autres points importants seront ajoutés dans le cadre de l’accord.

Daniel Sévère




Articles connexes


Afficher plus [6126]