S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Les gangs armés ont toujours le contrôle de l’entrée sud de la capitale

Les gangs armés ont toujours le contrôle de l’entrée sud de la capitale



Les associations de propriétaires et chauffeurs de véhicules lancent un énième cri d’alarme aux autorités à cause des assauts répétés des gangs armés contre les usagers de la Nationale numéro 2 à l’entrée sud de la capitale. Ces syndicalistes menacent d’observer des arrêts de travail au cas où rien n’est fait pour améliorer la situation.


Pas une semaine sans un fait regrettable au niveau de ce tronçon de route donnant accès à quatre départements géographiques (Grand-Anse, Sud, Sud-est, Nippes) du pays. Les forfaits se commettent en général à proximité du Théâtre national par des hommes lourdement armés qui prennent en otage des véhicules remplis de passagers. Ces derniers sont dépouillés de tout ce qu’ils avaient en leur possession avant d’être libérés. Quant aux chauffeurs de véhicules, ils n’auront la possibilité de retrouver leurs familles qu’après avoir payé une très forte somme d’argent.

« Ce n’est pas possible que l’État haïtien ne puisse garantir un minimum de sécurité à ces citoyens », déclare le coordonnateur de l’Association des chauffeurs propriétaires d’Haïti. Selon Mehu Changeux, pas moins de quatre minibus ont été pris d’assaut par les gangsters, durant la semaine dernière. Les chauffeurs de transport en commun n’en peuvent plus de cette situation, a indiqué le responsable de l’APCH.

Des adolescents sont à la solde des malfrats, selon le témoignage de certains riverains. J’ai l’habitude de les voir exhiber leur arsenal en toute quiétude non loin du Bois de chêne en train d’opérer, a confié un usager de la route, qui dit craindre pour sa vie et celle de sa famille. Depuis quelque temps, des gens sont systématiquement séquestrés au Village de Dieu et au niveau de Cité de l’Éternel qui se trouve à un vol d’oiseau du Palais national.

Cela ne fait pas écho, puisqu’il s’agit des gens pauvres, balance un résident de la commune de Carrefour qui se trouve dans l’obligation d’emprunter la route tous les jours pour aller vaquer à ces activités. Face au non-répit des bandes armées, l’État haïtien semble faire profil bas, car des autorités envisagent de déménager certaines institutions au boulevard Harry Truman, dont le Palais de justice et la Primature.

Mario Sylvain




Articles connexes


Afficher plus [6126]